COUTUMES SUEDOISES

Traditions et coutumes en Suède

On dit des Suédois qu’ils sont particulièrement moroses et même enclins à se suicider. Leur prétendue timidité est-elle une réalité ? En fait, l’origine de cette rumeur remonte à un discours tenu en 1960 par le président des États-Unis Dwight D. Eisenhower. Selon lui, la politique de bien-être menée en Suède par la social-démocratie conduirait tout droit « au péché, au nudisme, à l’alcoolisme et enfin au suicide ». Rien que ça !

De nombreux expats en Suède ont l’impression que les Suédois ne manifestent pas de joie de vivre, à la différence des Danois par exemple. Cette interprétation viendrait d’une retenue à manifester ostensiblement les sentiments, tant de la joie que de la peine. Les étrangers soulignent aussi une certaine rigidité du comportement social des Suédois, qui le reconnaissent volontiers.

Le rôle du climat explique certainement cet état de choses. De nombreux Suédois éprouvent une morosité durable pendant l’interminable période hivernale, en revanche l’été a chez eux un effet radicalement opposé sur l’humeur : ils rayonnent alors de joie lorsque l’été lumineux leur procure un intense sentiment de bonheur et de liberté. Pareille satisfaction n’excluant pas, hélas, un certain regret... du caractère éphémère de l’été.

On considère les Suédois comme aimables et polis, mais également tristes et dépourvus d’humour. Ils abondent eux-mêmes en ce sens, mais peinent à établir des liens sociaux. Plutôt que de parler d’eux-mêmes, ils préfèrent écouter, chose considérée généralement comme signe de modestie, qualité hautement prisée alors que présomption et vantardise sont considérées comme de graves faiblesses. La vieille société agraire suédoise a toujours réprouvé les individus se mettant trop en valeur. Contrairement aux pays d’Europe méridionale, la Suède d’autrefois ne connaissait pas la vie sociale du café public. Et si tout évolue rapidement de nos jours, les Suédois n’ont toujours pas l’habitude d’adresser la parole à des inconnus.

Depuis les années 1960, les idées progressistes ont fait évoluer radicalement la société suédoise, notamment en matière de non-discrimination des minorités sexuelles. Ainsi, en poursuivant un objectif d’égalité entre hommes et femmes, les autorités publiques ont pris des mesures pour encourager les pères à utiliser davantage leurs droits de congé de paternité.

Les Suédois-es comme des gens adorables, bien élevés et respectueux du bien commun. Leurs villes sont de petits havres de paix où chaque chose est à sa place. Aujourd’hui observons le revers de la médaille. En Suède, c’est vrai, tout, absolument tout est bien rangé dans sa petite case. Oui. Même les gens.

Il semblerait que la pire des choses pour un Suédois soit de se faire remarquer. En bien comme en mal. Pourquoi les règles sont-elles si bien respectées ? Parce que sortir du rang c’est remettre l’harmonie de la société en question. Et ça aucun-e Suédois-e ne le souhaite. Si tu ne devais retenir qu’un mot pour comprendre la mentalité suédoise, retiens celui-là : lagom.

Mets "Lagom" ni plus ni moins

Lagom c’est impossible à traduire et ça veut dire « juste ce qu’il faut », « pile poil » ou « ni plus, ni moins ». Par exemple si quelqu’un te demande comment est ton café et que tu réponds « lagom » ça veut dire qu’il est tout à fait à ton goût : ni trop froid, ni trop chaud. Mais dès qu’on essaye de comprendre le lagom en tant que principe de vie ça se corse. Ce pourrait être un état médian, un équilibre auquel les Suédois-es aspirent, une vie posée, sans hauts, ni bas, sans vagues. Bien entendu une telle philosophie n’est pas sans influence sur les normes et la pression sociale qui en découle.

Imaginons la Suède comme le village des Schtroumpfs. Ça a un côté paradisiaque : le consensus, l’esprit de collectivité, l’égalité c’est bien non ? Mais l’uniformisation, l’effet-clone c’est mal non ? Choisis ton camp, camarade, et si tu hésites encore voici un petit aperçu d’une vie lagom.

La voie du milieu

Bien sûr, en Suède comme ailleurs, les personnalités sont variées et j’exagère quand je parle de « clones » mais si je regarde la société suédoise dans son ensemble j’ai souvent l’impression d’observer une gigantesque classe moyenne.

En Suède le phénomène bling-bling n’existe pas et les sans-abri sont rares. Davantage d’égalité? Probablement mais cette même égalité en devient suspecte quand on voit à quel point il est mal vu de chercher à se démarquer et ce, tout au long de la vie. L’esprit de compétition et même d’émulation (le deuxième terme étant tout aussi péjoratif que le premier pour les Suédois-es) est exclu du système éducatif. Les enfants ne sont jamais comparés les uns aux autres et ne sont pas notés avant l’âge de 14 ans. Les mentions sur les diplômes ne sont pas fréquentes : si tout le monde a suivi les mêmes cours alors tout le monde reçoit le même diplôme. Point barre. Plus étonnant encore, faire du zèle au travail ou des heures supplémentaires génère des conflits. C’est interprété comme une volonté de l’employé de prouver qu’il est meilleur que ses collègues. L’objectif c’est plutôt : fais ce que tu as à faire, fais-le bien mais n’en fais pas plus. Même si tu as une crise sur le feu tu quitteras le bureau à 17h00. L’ambition c’est l’ennemi de la nation.

En résumé :

On ne te laissera jamais la moindre raison de croire que tu es inférieur aux autres.
On ne te laissera jamais la moindre raison de croire que tu es meilleur que les autres.

Pas si facile à gérer qu’on pourrait le croire.

Pour vivre heureux, vivons cachés

Dans le même ordre d’idée la plupart des Suédois savent rester discrets et cultivent le goût des choses simples même quand ils ont les moyens. Pas de grosses berlines ou de maisons imposantes par exemple : il en faut peu pour être heureux. La vantardise est fortement découragée pas seulement en ce qui concerne l’argent. Ton enfant est surdoué ? Tu as le sentiment d’avoir accompli quelque chose dont tu es très fier ? Ne t’emballe pas trop vite. Les émotions fortes, même positives, sont minimisées. Elles pourraient déranger les autres : il n’est donc pas convenable d’en parler. Un Suédois lève rarement le ton et évite le conflit tant que possible, bref : il évite de bouleverser les autres avec ses propres émotions. Les rues sont d’un calme olympien. Pas d’éclats de voix. Pas d’éclats de rire.

Respecter le règlement intérieur du lagom semble être le sport national. Il y a un code de conduite pour tout : faire la queue, ralentir en abordant les passages-piétons, être ponctuel, recycler, troquer la cigarette contre le snus (du tabac à placer directement sous la lèvre pour en absorber la nicotine. C’est plus discret, on ne traumatise pas les enfants). Qu’y a-t-il de mal à cela me direz-vous ? Je n’irai pas jusqu’à formuler le diagnostic « psychorigide ». Non, loin de là, les Suédois-es savent s’éclater et enfreindre les règles mais j’ai bien souvent l’impression qu’ils le font en suivant le règlement-lagom-pour-enfreindre-les-règles et là ça frise le ridicule.

Le code de la déconne suédoise

Car oui, il y a un code pour ça aussi, avec des jours de la semaine même.

Tu prendras ta cuite hebdomadaire le vendredi ou le samedi soir. Pas en semaine. Jamais. À l’aller, tu n’adresseras pas la parole à ton voisin de bus mais au retour tu chanteras avec lui en te pendant aux barres. Inutile de dire que si tu le recroises lundi matin c’est comme si tu ne l’avais jamais vu.

En tant que bon parent tu cuisineras équilibré toute la semaine et tu attendras le vendredi soir pour t’empifrer de junk food et de Coca en famille devant la télé. C’est le fameux fredagsmys. Tu voudrais inverser et faire pizza le mardi et brocoli le vendredi ? Halte-là hérétique ! Dans la même veine, tes enfants recevront leur dose de bonbons le samedi et le samedi uniquement (lördagsgodis). C’est comme ça.

Tu prendras tes vacances en même temps que tout le monde dans la même maison de vacances que tout le monde, la fameuse stuga, ce petit chalet en bois rouge typique. Elle ne sera pas plus grande que celle des autres et tu passeras tes journée à pratiquer la cueillette en forêt ou la baignade dans les lacs. Comme tout le monde.

Mon message n’est pas « Oh la la les Suédois sont tellement coincés, qu’est-ce qu’on est cools en comparaison ». Je ne suis pas du genre trouble-fête. J’adore mon petit quotidien rangé et j’adore la vie paisible à la suédoise. Simplement, à la longue, on peut trouver qu’elle manque de spontanéité. Alors je préviens : je ne pense pas que ça convienne à tout le monde. Les Suédois n’ont pas du tout l’air de trouver le lagom pesant… et pourtant.

Pourtant un jour j’en prendrais un par le col en le secouant très fort et en hurlant « MAIS TU VAS CRAQUER TON SLIP OUI ! ». On shooterait dans la poubelle à canettes avant d’aller en boîte un mercredi (woohoo). Les passants entendraient nos rires tonitruants, on mettrait un peu de couleur dans la rue. Et ensuite ? On irait prendre la Bastille.

Design

Si le mot « design » évoque pour certains des objets froids, inconfortables, pas pratiques et plutôt inaccessibles, il prend une autre valeur dans les cafés, les restaurants, les musées, etc. Les industries et les entreprises suédoises ont depuis longtemps accordé une place prépondérante à l’élégance, la forme et la ligne (que ce soit dans les domaines de la téléphonie ou de l’automobile, par exemple).
Cet art acquit ses lettres de noblesse dès les années 1920, notamment avec l’apparition du concept « Swedish Grace », et, s’il connut une période creuse entre 1965 et 1985, il a repris de plus belle depuis.
Malgré le temps qui passe, le concept reste le même : un design pour tous, simple, fonctionnel, ergonomique, mêlant volontiers le respect des matériaux, les teintes claires et une touche d’humour. Bref, des bâtiments et des objets de qualité, d’une sobre élégance, souvent ingénieux.
D’ailleurs, si vous voulez rapporter des cadeaux sympas ou décorer votre intérieur, c’est le moment. Évitez simplement les chaînes de magasins Ikea et H & M (Hennes & Mauritz, mais qui le sait en France ?), puisqu’elles se sont implantées un peu partout en Europe.
Fondées toutes les deux en Suède, respectivement en 1943 et 1947, elles partagent un même esprit : des meubles ou des vêtements à la portée de toutes les bourses (bon, quant à la solidité ou à la qualité, là, ils ont un peu dévié, mais on n’insistera pas !), modernes, pratiques et adaptables... Un esprit d’« adaptation » mis en pratique en 2012 dans le catalogue Ikea saoudien, où les femmes ont été supprimées par « respect de la culture locale »...

Tradition suédoise n°1 : enlève tes chaussures dans l’entrée !

Bon, ça c’est ma mère qui me le disait : “enlève tes chaussures dans l’entrée, sinon tu vas dégueulasser tout l’appartement !“. Je ne pensais pas que cette ritournelle maternelle allait me suivre jusqu’à Göteborg.

En Suède, la tradition c’est de se déchausser quand on arrive chez quelqu’un. Garder ses pompes est malpoli.

J’ai demandé souvent d’où ça venait, personne n’était capable de me répondre. Si je suppute, il se pourrait que ça soit lié à leur temps excécrable, qui fait qu‘il soit indispensable de se déchausser pour ne pas répandre de la neige fondue partout dans la maison. D’un simple caprice ménager, c’est devenu la tradition de tout un peuple. Ils sont fous, ces vikings (copyright Obelixson) !

Bon allez, j’ai un peu honte mais je vous raconte le couac : fin juillet j’ai été invité à la crémaillère d’une amie. Une grosse soirée dans la banlieue de Göteborg. Genre 30 personnes dans un appartement de 50m².

Je suis arrivée en compagnie d’une autre amie. On ouvre la porte, je découvre le tas de chaussure dans l’entrée. Mon amie se déchausse. Surpris, je m’exécute à mon tour.

Et là… la honte. Je m’aperçois que j’ai le gros orteil qui dépasse ! Ouai. Le bon gros vieux coup de la chaussette trouée. Bon, il s’agit de ne pas perdre la face. Je tente de le dissimuler en donnant du mou à la chaussette et en coinçant le trou entre mes orteils (rigole pas, je suis sûr que t’as déjà fait ça aussi, hé !), mais peine perdue : je suis grillé.

C’est quoi cette tradition sans déconner !

Allez, passons à la deuxième tradition. Hop !

Tradition suédoise n°2 : Amène ce que tu bois et manges chez les autres !

Bon alors celle là, elle m’a donné du fil à retordre.

Autant le coup de se déchausser, suffit de faire gaffe à la paire de chaussettes que t’enfiles avant de partir de chez toi, autant comprendre la politesse suédoise, c’est autre chose.

En Suède, quand on t’invite quelque part (genre une soirée comme celle décrite au dessus), chacun amène de quoi se remplir la panse !

Oui bah c’est comme chez nous quoi, on ramène un truc à boire pour remercier l’hôte ?

Nan, t’as pas compris (ouai, je fais les questions et les réponses) : chacun ramène à manger et à boire POUR LUI.

En Suède, on ne met rien en commun.

Exemple : reprenons la soirée dont je parlais un peu plus haut. En bon français, j’avais décidé d’apporter une bouteille de vin.

Problème : je ne bois pas de vin, j’aime pas ça (oh hé !). Je m’étais dit que ça servirait à d’autres, et que j’irais taper dans les bières, dont je sais les suédois très friands.

Sauf que non. On ne met pas les boissons et la bouffe en commun, chacun garde ce qu’il a amené, et le consomme (ou pas, dans mon cas).

Mais (car oui, y’a un mais, ça serait trop facile si y’avait pas une exception).

Mais je me suis retrouvé invité à manger chez la mère d’une amie. C’était deux ou trois jours après la fête dont je parle au-dessus.

Soucieux de bien faire et de m’adapter aux coutumes locales, je me dis que je vais emmener MA bière ! Et hop qu’on se foute de ma gueule encore ! Non : pour les repas “officiels“, on n’amène pas SA boisson, mais DE LA boisson. Ou simplement sa bonne humeur. Ca ne choque personne si on arrive les mains vides (à condition de retourner l’invitation au cours du repas).

Bref, mon conseil : en Suède, évitez de vous faire inviter à manger / en soirées, c’est le bordel ! (je plaisaaante, c’est drôle !)

Allez, une troisième tradition pour la route.

Tradition suédoise n°3 : tout le monde se tutoie !

Celle là, elle est cool je trouve : en Suède, on se dit tu ! Ou “du” en l’occurrence.

Par exemple, si demain matin tu veux demander à ton patron comment il va, tu diras : “Hej, hur mår du ?” (“salut, comment vas-tu ?”).

Ou si tu croises le premier ministre au supermarché, et que tu kiffes sa chemise, tu diras : “hej, du har en vacker skjorta !“. Allez, avoue que toi aussi tu kifferais tutoyer Jean-Marc Ayrault, non ?

 

Signe de votre intégration en Suède, vous êtes invité à dîner ! Pas de panique, des astuces pour ne pas être ridicule ni commettre d’impair…

1 – Sans chaussettes trouées, tu iras : pas question de négliger ses pieds en Suède, la règle veut que vous enleviez vos chaussures dès que vous franchissez la porte d’un appartement (ou maison). Vos chaussettes font donc partie intégrante de votre look, veillez à les coordonner avec votre jupe ou chemise, ou tout au moins à ce qu’elles ne soient pas trouées !

2 – A l’heure, tu seras : c’est vendredi soir, le week-end tant attendu est arrivé, il est temps de profiter d’un dîner décontracté entre amis, mais une invitation reste un rendez-vous à prendre au sérieux au même titre qu’une réunion de travail. Alors soyez à l’heure, ou même en avance… on ne vous le reprochera pas !

3 – De Merci, tu les couvriras : les Suédois sont gourmands mais peu gourmets. Pour leur faire plaisir, rien ne vaut une boîte de chocolats Merci (un comble pour un Français) ou Aladdin, disponibles dans tout bon supermarché. Pour les plus généreux, une bouteille de vin est toujours appréciée, mais n’espérez pas la boire au cours du repas… ni avant, ni après.

4 – Ce que tu peux manger, tu diras : allergique au gluten, au lactose ou aux noix ? Végétarien ou vegan ? Si votre hôte n’a pas eu la délicatesse de vous poser la question, n’hésitez pas à lui spécifier par avance si vous avez un régime alimentaire spécifique : les Suédois ont l’habitude et savent s’adapter à leurs amis intolérants. Évitez toutefois de dire que le kaviar ou les kötbullar vous rendent malades.

5 – L’apéritif, tu oublieras : non seulement l’horaire d’invitation vous paraîtra tôt, généralement 18.00 voire 17.30, mais en plus il vous faudra passer à table directement. Oubliez les gâteaux apéritif, les rondelles de saucisson et autres mini-saucisses françaises. Ne vous risquez pas non plus à tremper vos lèvres dans votre verre en premier : aucun convive ne boit de gorgée avant que son hôte n’ait prononcé le premier skål. En premier, tu ne boiras pas, mais…

6 – En premier, tu pourras manger : oubliez vos bonnes manières françaises, comme ne pas mettre ses coudes sur la table, ou attendre que tout le monde soit servi avant de commencer à manger… Un Suédois ne peut se retenir lorsqu’il a une assiette posée devant lui. C’est basique, voire primitif : moi avoir faim, moi manger. Pour votre culture, sachez qu’en dessous de huit convives, l’étiquette veut que personne n’attaque égoïstement son assiette en premier.

7 – Aux toilettes, tu te détendras : envie d’un petit pipi ? Profitez-en pour vous évader et vider à la fois votre vessie et votre tête dans les toilettes ! Lumière tamisée, bougie posée sur le lavabo, parfum boisé, il ne manque plus que le masseur…

8 – De religion, tu ne parleras pas : évitez les sujets de discussion controversés, tels que religion ou la politique mais aussi tout ce qui concerne les pays voisins, éternels rivaux. Pensez à consulter votre appli météo préférée en chemin et apprenez à parler de la pluie et du beau temps. De toute façon l’important est dans l’assiette, et dans le verre !

9 – Bourré, tu repartiras : en Suède, une soirée non alcoolisée est une soirée loupée. Vos hôtes se doivent de vous arroser régulièrement – de vin –  jusqu’à épuisement, ou presque, puisque vous devrez retrouver le chemin de votre maison à la fin. Vous remarquerez à quel point le hug de fin de soirée est bien plus long et chaleureux qu’à votre arrivée. Merci Systembolaget

10 – Deux fois tes hôtes, tu remercieras : que le repas ait été délicieux ou infect, la politesse vous recommande de remercier vos hôtes au moment de partir — classique — mais aussi par texto, e-mail ou missive par pigeon voyageur si l’envie vous prend. Le soir même ou le lendemain matin, trois mots suffisent :  tack för ikväll, tack för igår, tack för senast…

FIKA

Un peu d’histoire… étymologique

D’où vient le mot en lui-même ? Il semblerait que le mot apparaisse au début du XXème sicle. Selon le linguiste Lars-Gunnar Andersson, il s’agirait d’un des seuls exemples de « verlan » suédois : en effet, en inversant les syllabes de kaffi, une variante de kaffe, on obtient le substantif fika — ta en fika (prendre un fika). De là vient le verbe att fika — ska vi fika? Puis un autre substantif, ett fik, pour désigner l’endroit où l’on prend un fika, donc le café ou le konditori.

Mais d’où vient ce « verlan » suédois ? Probablement de Dalécarlie, où les tanneurs utilisaient une langue secrète (skinnarmålet, la langue des tanneurs) qui consistait à inverser les syllabes du dialecte de Malung. Kaffe se disait alors ”fäka”. La première mention du mot fika dans la région de Stockholm daterait de 1910, mais il n’était pas encore pris dans le dictionnaire de l’Académie suédoise de 1924 dans ce sens-là. (Le mot fika, sans être du verlan, existe dans la langue suédoise depuis longtemps, et signifie « se dépêcher, filer, avoir hâte » et se retrouve dans l’adjectif nyfiken « curieux ».)

Comment le traduire en français ? Il n’y a pas de traduction française ou en quelque autre langue que ce soit. Il s’agit vraiment d’un phénomène typiquement suédois. Alors pourquoi s’embêter à trouver une traduction quand c’est si facile d’emprunter le mot ? Faites ce mot vôtre (au masculin ou au féminin) et mettez-le à toutes les sauces !

Je vais prendre un·e fika, tu me rejoins ?
Il faut qu’on se fasse un·e fika un de ces quatre !

Mais n’est-ce pas tout simplement une pause-café ?

Les Suédois répondront unanimement NEJ! Un fika est bien plus qu’une pause-café. C’est l’occasion de changer d’air, de milieu, de faire une coupure, de s’asseoir entre collègues ou amis, avec au moins une boisson et de discuter de choses et d’autres. Sur certains lieux de travail, il est très mal vu de sauter un fika pour quelque raison que ce soit. Si une réunion a lieu à l’heure du fika (le matin vers 9h30-10h ou l’après-midi vers 15h), il est de coutume de prévoir une pause pour aller chercher une tasse de café ou de thé et d’offrir une pâtisserie. Depuis quelques années, suite à toutes les recommandations alimentaires qui crient haro sur le sucre, il n’est pas rare de proposer des fruits, ou une tartine salée, surtout pour le fika du matin, comme une sorte de deuxième petit-déjeuner.

Les 4 règles du fika

  1. Un fika se doit d’être ”cosy”, mysigt. C’est un moment de décontraction : préférez un siège confortable, une lumière tamisée, une atmosphère calme et détendue. Ce qui veut dire qu’une tasse de café prise à la va-vite dans l’ascenseur entre la machine à café et votre bureau n’est pas un fika.
  2. Un fika comprend généralement une boisson chaude. Le plus souvent du café (les Suédois sont les plus grands consommateurs de café au monde après les Hollandais et les Finlandais), mais le thé est également largement répandu. Dans les cafés, il n’est plus rare aujourd’hui de trouver des chailatte ou des matchalatte, comme pour faire concurrence à la variété de café, kaffelatte etc.
  3. Un fika complet comprend également souvent une pâtisserie. Les plus traditionnelles sont les kanelbullar (petites brioches à la canelle) ou les kardemummabullar (les même brioches à la cardamome), le kladdkaka (gâteau au chocolat au coeur mi-cuit, éventuellement accompagné de crème fouettée) ou le morotskaka (gâteau aux carottes).
  4. Un fika ne se prend jamais seul ! Que ce soit en tête-à tête, avec un ami proche ou un inconnu dans le but de faire connaissance, entre collègues, entre amis ou membres de la famille, le fika est un moment social, donc à partager en bonne compagnie.

Enfin, n’oubliez pas qu’il n’est pas rare de prendre plusieurs fika par jour : maximum deux par journée de travail, et puis éventuellement après le boulot pour rencontrer quelqu’un rapidement avant de rentrer chez soi en début de soirée. N’ayez donc pas honte d’enfiler plusieurs fika et profitez du bon temps ! Et vous croyiez que les Suédois étaient des solitaires ?!

LUTTER CONTRE L’OBSCURITE

 Les «journées» hivernales suédoises sont courtes et vous paraissent sans fin ? Avec une personne sur deux touchée par la fatigue saisonnière et une personne sur cinq atteinte de dépression hivernale, la Suède est le pays au monde le plus affecté par le déficit de lumière naturelle. Voici mon kit de survie après dix hivers à Stockholm.

Parmi les symptômes les plus courants de la fatigue saisonnière ou du désordre affectif saisonnier (DAS), on trouve une fatigue persistante, un manque d’énergie, une perte d’intérêt et de motivation pour les activités sociales et une augmentation significative de l’appétit – et plus particulièrement l’envie d’aliments sucrés (bien connu sous le nom de sötsug en Suède). Ces symptômes, plus ou moins sévères, se manifestent habituellement à partir du mois d’octobre, et tendent à disparaître avec l’arrivée du printemps et des journées ensoleillées plus longues.

Différentes méthodes s’avèrent efficaces pour passer un hiver plus serein :

#1 La luminothérapie

Préconisées pour les cas sérieux et diagnostiqués de dépression hivernale, les salles de luminothérapie accueillent de plus en plus de patients chaque année.

En cas de DAS, votre médecin généraliste adressera une remiss (ordonnance) à un service de luminothérapie (ljusterapi). Vous y serez convoqué à l’arrivée de l’automne pour rencontrer un médecin puis, si le médecin considère que la luminothérapie vous serait bénéfique, vous assisterez à une réunion d’information une semaine avant de commencer les séances. L’équipe soignante vous explique comment la production de mélatonine, l’hormone du sommeil, augmente en quantité anormalement élevée chez les patients souffrant de fatigue ou de dépression saisonnière. Les séances de luminothérapie permettent de corriger rapidement ce problème.

Je me suis prêtée à l’expérience à l’automne dernier, tous les matins, à raison d’une séance d’une heure et ce pendant deux semaines (minimum requis). Assise dans une pièce lumineuse, entourée d’une dizaine d’autres patients de 8h à 9h du matin, il m’a fallu résister à l’envie tentante de m’y endormir.  Pour passer le temps, les patients lisent, boient un café ou un thé, écoutent de la musique, mais surtout, il faut garder les yeux bien ouverts et éviter de parler avec ses voisins, à part le « Hej » et le « Hej då » à la limite de rigueur.  La luminothérapie consiste en effet à exposer la rétine des yeux à une luminosité comprise entre 2500 et 10 000 lux (unité de mesure d’éclairement lumineux). Pour vous donner un ordre d’idée, un éclairage artificiel, tel que celui d’un bureau, se situe aux alentours de 400 à 500 lux.

Au delà du sentiment bizarre d’être dans un lieu vraiment étrange, en tenue blanche et sous une lumière spéciale, j’ai très vite ressenti les bienfaits des expositions. Le coût pour 10 séances s’élève à 1000 kr. Au delà de 1100 kr suédoises engagées dans des dépenses de santé annuellement, votre frikort vous donnera accès gratuitement aux soins.

Il existe également des cafés non médicalisés aux tarifs différents, à l’ambiance plus décontractée tels que le café Nirvana situé à Södermalm ou celui de Centralbadet.

Si vous préférez vous exposer à volonté et à domicile, il est possible de s’équiper d’une lampe à lumière bleue ou blanche intense, aussi efficace que 10 000 lux.  Il faut également penser à éclairer vos pièces au maximum, aussi bien au travail qu’à la maison.

#2 Exposition à la lumière naturelle

Le simple fait de s’exposer à la lumière du jour le plus souvent possible peut donner d’aussi bons résultats que les séances d’exposition à la lumière artificielle. Mettez le pied dehors à la moindre occasion ou rapprochez-vous de la lumière en vous asseyant près d’une fenêtre, rideaux et persiennes ouverts.

À raison de 30 minutes de marche par jour à l’extérieur, vous lutterez naturellement et efficacement contre la fatigue saisonnière. Se promener à la pause déjeuner est une pratique très répandue chez les Suédois. Alors qu’il vous faudra privilégier au maximum la lumière en journée, tâchez de l’éviter au maximum en soirée (notamment celle des appareils électroniques). Profitez-en pour lire des livres ! C’est aussi la période la plus propice aux environnements mysig (cocon/cosy) avec bougies et lumière tamisée.

#3 Faire le plein de vitamine D

En plus d’une alimentation saine et équilibrée, la vitamine D s’est avérée être extrêmement efficace pour lutter contre le manque de lumière. Elle est naturellement présente dans de nombreux aliments tels que les produits laitiers mais vous pouvez également la prendre sous forme de complément alimentaire.

Il est conseillé d’ingérer entre 800 et 1000 UI par jour de vitamine D durant les mois d’hiver. Vous pouvez vous la faire prescrire par votre médecin généraliste, vous rendre en pharmacie ou dans les boutiques qui vendent des compléments nutritionnels.

#4 Le millepertuis-thé

Le millerpetuis (Johannesört), tonique et restaurateur nerveux, égaie l’humeur et l’esprit. Vous ne le trouverez toutefois pas au Systembolaget mais dans certaines boutiques de hälsokost ou de naturläkemedel.

Je ne l’ai pas testé mais de nombreuses études cliniques ont démontré que 65 à 80 % des personnes dépressives ou fatiguées voyaient leur état s’améliorer en se soignant avec cette plante. Sans présenter d’effets secondaires négatifs, le pigment d’hypéricine contenu dans le millepertuis serait le principal actif expliquant l’effet antidépresseur et antiviral.

#5 Le sport

C’est bien connu, le sport est bon pour la santé et son efficacité est prouvée dans la prévalence de la fatigue ou de la dépression.

L’exercice physique, quel qu’il soit, vous fera sécréter de la sérotonine et des endorphines, vecteurs de bien-être. Si vous n’avez pas le temps d’aller faire du sport en salle, adoptez de nouvelles habitudes : marchez davantage, prenez les escaliers plutôt que l’ascenseur, descendez une station de bus ou de métro plus tôt. Comptez vos pas ! Il faut en principe tacher de marcher 10 000 pas par jour pour rester actif.

Plus vous réussirez à combiner un régime alimentaire équilibré et enrichi en vitamines et minéraux à de l’exercice physique et à une exposition à la lumière en milieu de journée, plus vos chances de survivre à l’hiver suédois augmenteront.

Si toutefois vous avez essayé de combiner les solutions proposées ci-dessus et qu’elles ne font pas suffisamment effet, ou que ces solutions semblent jolies sur le papier mais difficiles à appliquer en pratique — croyez-moi, je connais bien ce problème ! — partez ! Non, ne partez pas de Suède pour toujours mais pour des vacances au soleil, si votre porte-monnaie et votre emploi du temps vous le permettent bien entendu ! Cela vous fera le plus grand bien et vous permettra de mieux tenir jusqu’à l’arrivée du printemps. Les Suédois l’ont bien compris et sont de grands adeptes de la Thaïlande, de l’Espagne et de la Floride.

Sinon, il vous reste aussi l’option hibernation en bonne et due forme. Les soirées au chaud sous la couette ou devant la télévision semblent aussi être au goût des Suédois et leur effet « bien-être » est immédiat !

Allez courage, le printemps, c’est dans seulement six mois !

Allo, bobo ! C’est grave Docteur ?

Ne cherchez pas un bon toubib de famille en scrutant les plaques professionnelles comme en France, y’a pas ! On vous explique comment faire, pas de panique.

Premièrement, il faut hiérarchiser votre bobo.

C’est un petit bobo en journée et votre pronostique vital n’est pas engagé : Vårdcentral

Téléphonez le matin pour avoir un rendez-vous le jour même ou le lendemain. Votre interlocutrice sera une infirmière  chargée de filtrer les appels. En cas d’état grippal ou fébrile dû à un gros rhume, en cas d’infection de votre système digestif genre gastro-entérite, inutile de chercher un centre de soin, on ne vous recevra pas, sauf si votre fièvre dure plus de 3 jours. (N’hésitez pas à accentuer la gravité de vos symptômes au téléphone afin d’obtenir plus facilement un rendez-vous…) Une fois le rendez-vous obtenu, vous pouvez vous inscrire au vårdcentral et choisir un médecin généraliste référent.

À noter : En Suède, l’entreprise exige un certificat médical au delà de 5 jours ouvrés d’absence pour maladie.

La consultation coûte environ 200 sek non remboursable, chez un généraliste, et 350 kr chez un spécialiste. Lors de votre première visite médicale, demandez une högkostnadskort, une carte qui comptabilisera vos frais de visites médicales. Au-delà de 1 100 sek, les soins seront gratuits pendant un an, à partir de la date de la première visite médicale payée. Le même principe est valable pour les médicaments délivrés sous ordonnance (receptbelagda läkemedel) : à partir de 1 125 kr, on paye 50 %, à partir de 1 636 kr, 25 %, à partir de 2 097, 10 % et au-delà de 2 250 kr, ils sont gratuits. (Tarifs pour 2018.)

Les soins médicaux sont totalement gratuit pour les enfants.

Tous les tarifs dans la région de Stockholm ici.

C’est un bobo urgent, un accident léger le soir, la nuit, le week-end : Närakuten

On peut y aller sans rendez-vous, mais il vaut mieux appeler le 1177 avant, pour tous à partir de 6 mois.

Ouverts de 8h à 22h tous les jours. Ce sont de petits hôpitaux de proximité avec service de radiologie et autres spécialités.

Närakut dans la région de Stockholm

Närakuten Handen    Närakuten Järva       Närakuten Nacka            Närakuten Löwet, Upplands Väsby

Närakuten ouverts de 17h à 22h du lundi au vendredi et de 8h à 22h et les samedis, dimanches et jours fériés :

Gros bobo sérieux avec douleur soudaine et intense, accident pouvant entraîner des complications : Akutmottagning de l’hôpital

Dans le cas de fractures, brûlure, coupure, de très forte fièvre, de gonflement, orientez-vous vers les urgences pour tous.

Urgences pour les enfants: Barnakuten

Avant de vous déplacer, n’hésitez pas à consulter et demander conseil 24/24h au téléphone 1177.

Gros bobo urgent aux yeux :  le service des urgences de  S:t Eriks ögonsjukhus

A noter : Les opticiens sont habilités à effectuer des examens oculaires, à prescrire des verres correcteurs… La consultation chez un ophtalmologiste nécessite une remiss, une ordonnance délivrée par un généraliste ou un opticien.

En cas d’URGENCE ABSOLUE : appelez le 112 !

À tout moment, vous pouvez consulter Vårdguiden, soit sur internet, soit par téléphone au 1177. Sachez aussi que vous avez le droit de demander à être accompagné d’un interprète, gratuitement, si vous avez du mal à vous exprimer en suédois ou en anglais.

Information de Vårdguiden en anglais ici.

 Amis (es) touristes et détenteurs (trices) de la carte CEAM

Étant assuré en France, vous avez droit aux mêmes prestations que les Suédois. Pour une consultation médicale dans un dispensaire/vårdcentral, vous vous acquitterez du montant standard, 200 sek.

En cas d’hospitalisation, vous paierez le prix d’une consultation et le prix éventuel du couvert et du gîte (environ 80 kr/jour). En revanche, les médicaments achetés avec une ordonnance sont à votre charge, donc gardez les tickets de caisse pour vous faire rembourser par la Sécurité Sociale et votre mutuelle en France.

Si vous n’avez pas la carte sésame CEAM (Carte Européenne d’Assurance Maladie), vous devrez faire l’avance des frais engagés. Pensez là aussi à garder les justificatifs pour le remboursement une fois rentré dans l’hexagone.

Vous êtes de passage en Suède pour une longue période d’au moins 4 mois mais moins d’un an

Vous désirez, pour des questions pratiques, garder votre affiliation à la sécurité sociale française, contactez alors la Caisse des Français de l’Étranger (CFE) qui vous garantira, sous condition d’un paiement d’une cotisation, le maintien de votre affiliation à la sécurité sociale française. Pour la caisse suédoise Försäkringskassan, vous êtes un ressortissant de l’Union Européenne qui a droit à un remboursement en France, mais votre organisme de contact sera la CFE.

Vous restez, vous vous installez et voulez vivre le rêve suédois. Varsågod!

Vous devez vous immatriculer comme résident en Suède auprès du Trésor Public suédois, Skatteverket, pour obtenir votre sésame dans la société suédoise, l’indispensable personnummer, votre numéro d’identité sociale qui vous donne le statut d’ayant-droit aux soins médicaux à Försäkringskassan. La procédure peut prendre un peu de temps. Il y a peu de mutuelles en Suède, mais certaines entreprises ont des conditions particulières pour leurs salariés. Aussi, les membres cotisant à des syndicats ont souvent une assurance médicale complémentaire, renseignez-vous.

FÊTES SUEDOISES

Après Noël, la Saint-Jean (Midsommar) est la plus grande fête suédoise. Pour certains, c’est même la plus importante. La recette gagnante du déjeuner interminable de la Saint-Jean ? Des fleurs dans les cheveux, des danses autour d’un mât, des chants, du schnaps aromatisé, un beau tas de hareng mariné (sill) servi avec de délicieuses pommes de terre nouvelles, de la ciboulette et de la crème aigre. Tout cela fait une excellente journée.

Quand :

À l’origine, le 24 juin, mais désormais, la Saint-Jean se fête un samedi, entre le 20 et le 25 juin.

Où :

À Skansen, dans les parcs, les jardins et les maisons de campagne… en fait, partout en Suède, du moment que c’est dehors !

La fête de la Sainte-Lucie : Une fille, jouant le rôle de Sainte Lucie, apparaît en entonnant des chants de Noël, vêtue d’une longue robe blanche, une couronne de bougies sur la tête, accompagnée de filles et de garçons tous vêtus de blanc et une bougie à la main.

Selon la tradition, la nuit du 13 décembre était la plus longue de l’hiver; une nuit où tous les êtres maléfiques de la croyance populaire étaient très actifs. Pour illuminer la longue nuit et se protéger des esprits malins, les Suèdois désignait la Sainte-Lucie comme la porteuse de la lumière. La fille incarnant Sainte Lucie marchait d’une ferme à l’autre avec son cortège. Même aujourd’hui, on peut assister à un défilé de Sainte Lucie en différents lieux, comme les diverses églises des villes et dans le musée en plein air de Skansen à Stockholm.

Où assister à de beaux concerts de Sainte-Lucie

Parmi les nombreuses églises où vous pourrez participer à cette tradition si importante pour les Suédois: 

- à Göteborg : la cathédrale et l’Oscar Fredriks Kyrka

- À Stockholm : la cathédrale Storkyrkan, l’Adolf Fredrik Kyrka, St Jacobs Kyrka et le musée en plein air Skansen.

À ne pas manquer : les gâteaux au safran typiques à la fête de Sainte-Lucie, appelés lussebullar. On en trouve dans tous les cafés ! 

Les semlor (semla au singulier) sont des pains au lait parfumés à la cardamome et fourrés de pâte d’amande et d’une bonne dose de crème fouettée à la vanille. Traditionnellement, on en mangeait seulement à Mardi gras, mais désormais, les addicts en savourent tous les jours du début de janvier à la mi-mars.

Quand :

 Mardi gras (Fettisdagen en suédois).

Où :

Dans toute boulangerie et tout café suédois !

À la suédoise :

Commencez par le chapeau, et utilisez-le pour manger une partie de la crème, si savoureuse. Puis attaquez le reste. Les plus gourmands dévorent leur semla avec les doigts. Les raffinés la dégustent à la fourchette, les autres à la cuillère. Toutes les méthodes se valent !

Le jour des gaufres, il faut des gaufres, une délicieuse confiture (sylt en suédois) et un peu de crème fouettée.

Le jour des gaufres permet pour les Suédois « de se gaver d’un aliment toute la journée sans culpabiliser ». Pourquoi donc se culpabiliser ? Même les personnes qui suivent un régime pauvre en glucides font relâche ce jour-là. Personne ne doit être marginalisé, puisque nous sommes en Suède.

Quand :

Le 25 mars.

Où :

Dans les cafés, les restaurants et à la maison.

Qui :

L’enfant qui sommeille en vous, et les enfants en général.

À la suédoise :

C’est simple, il suffit de les manger. Avec du café, car rien ne se fait en Suède sans café, et surtout pas les gaufres.

14 spécialités suédoises

« En Kanelbulle och ett kaffe med mjölk, tack. » (Un roulé à la cannelle et un café crème, merci).

Köttbullar

Que serait un inventaire des meilleurs plats traditionnels suédois sans le köttbular (prononcez cheut-bou-larh) ? Les célèbres boulettes de viande suédoises sont facilement le numéro un des plats typiques de la Suède, typiquement servies accompagnées de purée de pommes de terre, sauce cranberry et petits pois. Si les fruits vous font une peu peur, penchez pour la version à la crème (gräddasas), ou encore la version au poisson (fiskbullar). Le köttbullar peut être dégusté à travers tout le pays dans des restaurants, à des prix variables, même si la meilleure option reste quand même les « kvarterskrog », tavernes locales et pas chères qui proposent un plat du jour (dagens rätt) pour 7€50, salade, pain et café compris.

Knäckebröd

On peut trouver du «pain Wasa» sur tous les marchés du monde mais, pour ceux qui ne le savent pas, son origine est bien suédoise. Le seigle ne pousse presque pas dans le Nord, encore moins tous les ans. Alors, il y a environ 500 ans, les locaux ont opté pour un moyen de cuisson différent pour produire un aliment riche et qui tienne au corps et surmonter les longs hivers scandinaves. Aujourd’hui, le knäckebrod est cuit à 400°C et est supposé être très dur et ne pas se plier. Lorsqu’on le casse, il doit imiter le bruit que fait une coquille de noix lorsque l’on marche dessus ! Traditionnellement, il est servi avec du beurre salée et peut être un morceau de fromage à pâte dure (tout le reste n’est que du bonus, au gré de vos envies). On peut en trouver pour quelques sous dans tous les supermarchés mais si vous voulez vraiment tous les détails de fabrication et (peut être les meilleurs échantillons), vous devriez visitez le musée du knäckebröd de Filipstad.

Surströmming

Odorats sensibles s’abstenir ! Le surströmming est la spécialité qui fait grimacer les locaux comme les étrangers. Cette tradition très odorante de sortir les boîtes de conserves de hareng fermenté vers la fin-août a pris place dans le courant du XIXème siècle et continue encore aujourd’hui. Habituellement, le hareng est dégusté dans du tunnbröd (ou «pain polaire» en français), avec des pommes de terre, du beurre et des oignons. Vous pouvez le faire vous-même, tous les ingrédients étant disponibles pour presque rien en supermarché mais s’il vous prend l’envie de déguster un véritable surströmming, essayez la région du Norrland, Hamnkrogen à Härnösand (10€).

Sill

Le hareng mariné, dans sa version la plus digeste, est appelé sill. Il peut être cuisiné de différents manières : à la moutarde, aux oignons, à ail, à l’aneth, et est souvent accompagné de pommes de terre, de crème, de ciboulette, de fromage à pâte dure, d’œufs à la coque et bien sûr du knäckebrod (voir plus haut). Comme tout le reste, il est facilement trouvable dans tous les supermarchés du pays. Il est généralement servi sur une planche avec tous les condiments séparés, pendant les festivals de l’été. Si vous n’êtes pas trop fans du hareng mariné, vous pouvez toujours le remplacer par du hareng fumé ou du hareng frit. On vous conseille d’ailleurs d’aller faire un tour au Strömmingsvagen à Stockholm, qui propose une immense variété de plats dont du hareng frit accompagné de pommes de terre, salade et pain polaire (5€).

Kanelbullar

Si vous avez essayé un roulé à la cannelle suédois sortant tout juste du four, on vous promet que vous ne pourrez jamais plus vous contenter des pauvres imitations que l’on essaye de vous refourguer dans les Starbucks du monde entier. La Suède fête même le « Kanelbullens Dag » (le jour national du roulé à la cannelle) le 4 octobre de chaque année. Habituellement, un de ces petits délices accompagné d’un café (3 et 5€). Le meilleur kanelbulle reste celui du Café Hurasen à Göteborg devant le Café Järntorget.

Ärtsoppa med pannkakor

Un autre plat suédois très traditionnel et généralement le plat familial du jeudi, est la soupe de petits pois et ses pancakes. On ne sait pas trop d’où cette tradition vient, certains parlent de pratique religieuse, d’autres de «plat du pauvre». Toujours est-il qu’à un moment c’est resté. Plusieurs restaurants traditionnels accompagnent ce plat de confiture de cranberry. Allez voir le Restaurangkompaniet in Jönköping, où un repas complet avec entrée (13€).

Småland’s Ostkaka

Comme le suggeste son nom, Småland est célèbre pour ses délicieux cheesecake. Eh oui, la Suède est très fière de ses desserts, et comme le kanelbulle, il existe aussi une journée nationale de l’ostkaka, tous les 14 novembre. Traditionnellement mangé tiède avec de la confiture et de la crème, des fruits ou de la glace, chaque pâtisserie de Småland offre sa propre version du cheesecake. Et vous en aurez pour environ entre 2 et 4€ la part seulement !

Ugnsbakad torsk

Bien que le poisson soit une denrée locale très appréciée sur tout le continent, le sud de la Suède est très renommé pour ses nombreuses variétés de poisson frais. Göteborg a même dédié une église (Feskekörka) entière aux fruits de mer, un immense marché ou vous pouvez trouver les meilleures qualités de poisson frais disponibles. Ils fournissent aussi plusieurs petits restaurants ainsi que d’autres un peu plus gastronomiques. Inutile de vous dire que ce sont les meilleurs endroits pour profiter de la cuisine de la mer suédoise et s’essayer à la brandade de morue ! Servi avec son beurre noisette et du raifort fraichement cueillis, une assiette et une boisson (13€).

Gravad Lax

Il y a maintenant de cela plusieurs centaines d’années, le saumon était mariné dans du sel, du sucre, avec de l’aneth et autres épices, le tout enterré sous un tas de pierre pendant plusieurs jours. Ce procédé permettait au poisson de perdre en humidité et de «fermenter» pour qu’on puisse le conserver plus longtemps. Aujourd’hui le poisson n’est plus enterré ou fermenté (merci la technologie) mais seulement laissé à mariner dans le frigo pendant plusieurs jours. Une fois prêt, il est alors servi avec de l’aneth cru et une sauce à la moutarde (hovmästersås), sur du pain ou avec une salade. Un plat très populaire sur dans tout le pays qui est généralement servi en entrée dans beaucoup de restaurants (10€).

Hot Dogs

Qui aurait pu imaginer que le hot dog faisait partie des plats de street food suédois les plus populaires ? À chaque évènement, quel qu’il soit, sur les campus universitaires, les marchés en plein air, ou sur des étals de nourriture (gatukök), les hot dogs et saucisses/purée sont toujours présents ! Même s’ils ne font pas l’unanimité, à environ 3€ la pièce, ils font un casse-croûte idéal, raisonnable, et original, surtout vers Stockholm qui diversifie de plus en plus ses recettes. Que diriez-vous par exemple d’un hot dog garni de räksallad (crevettes mayonnaise) ?

Filmjölk

Le filmjölk est un lait fermenté qui ressemble un peu à du yaourt, mais qui provient de la culture de différentes bactéries à basse température. Même si on en retrouve partout en Scandinavie, le suédois en consomme tous les jours, généralement au petit déjeuner avec ou sans fruits ou muesli. Le prix du litre en supermarché environne les 1€.

Räksmörgås

Les suédois raffolent de leurs tartines et cela remonte à très très loin. En effet, au XVe siècle, on utilisait de grosses tranches de pain comme assiettes chez les classes sociales les moins aisées. Une des versions les plus typiques est le raksmörgås (tartines aux crevettes) composé de crevettes, d’œufs dur coupés en tranches, de laitue, de tomates et de concombre le tout relevé d’une sauce crémeuse à l’aneth. Dans certaines boulangeries vous pouvez même trouver un räksmörgåstator, un millefeuille de tartines au crevettes. Vous trouverez les meilleurs plats à base de crevettes dans les villes sur la côte comme Göteborg ou Malmö, où l’entrée coûtera environ 6€ dans n’importe quel restaurant.

Kräftor

Au XVIe siècle, les écrevisses étaient un mets réservé exclusivement à la noblesse suédoise, mais heureusement ce n’est plus le cas ! Les kräftskivor (fête de l’écrevisse) sont des festivités très populaires du mois d’août qui célèbrent la fin de l’été. En effet, familles et amis se retrouvent pour se délecter de ce tendre met qu’ils ont péché la veille ou acheté pour 18€ le kilo. Les écrevisses sont alors cuisinées avec de l’aneth mais mangées froides et surtout avec les doigts, avec du pain polaire et un bout de Västerbotten (fromage qui s’apparente au parmesan). Le tout accompagné bien évidemment de bière et de l’inévitable schnaps. Généralement, les suédois sont assez fiers de leurs coutumes, il est donc assez facile de vous faire inviter par un autochtone à sa kräftskivor. Et sinon, cherchez des communautés d’expat’ qui ne manqueront pas d’en célébrer une aussi.

Älggryta

À cause (ou grâce) aux conditions climatiques difficiles et aux hivers rudes, la cuisine suédoise s’est développée autour de tous les aliments comestibles, bien que très spéciaux quelque fois, que la nature puisse offrir. C’est pour cela que l’on retrouve beaucoup d’aliments atypiques tel que les feuilles ou les écorces, des associations « sucré-salé » avec les baies et le poisson, ou encore de la viande de gibier comme le cerf ou l’élan. Surtout en Laponie, les Samis utilisent tous les éléments de l’animal : toutes les viandes et les organes sont traités, la fourrure est transformée en vêtements et en literie, les os sont encore utilisés pour fabriquer différents outils et la graisse, fut un temps, servait de combustible. Pour découvrir la viande d’élan, on vous conseille l’älggryta, un ragoût qui ressemble un peu au goulash hongrois, par exemple à Luleå ou Kiruna. L’élan étant un ingrédient plutôt cher, un repas vous coûtera environ 25€.

Un mot sur l’alcool suédois

On pourrait affirmer que ce sont les longs hivers qui font des Suédois des experts en matière de boissons chaudes et de bons alcools. Ils sont les créateurs de la célèbre Absolut Vodka, tandis que leur autre shot préféré est le Fireball à la cannelle. Les jours plus froids sont surmontés à l’aide d’un glögg (vin chaud épicé) ou ses nombreuses variations au vin blanc ou au cidre de pomme. Pour accompagner un repas convivial, il existe de très bons vins de production locale, ou une lättöl ou starköl (bière légère ou forte). Et que ce soit après une chaude journée d’été ou une séance de sauna bien moite, les Suédois adorent leur verre de cidre avec ses différents degrés de douceur et d’alcool (personnellement, je ne jure que par les saveur poire ou myrtille). Sauf la bière légère, toutes les boissons alcoolisées ne peuvent être achetées que dans le système systembolaget, contrôlées par le gouvernement et sont, comparées au reste de l’Europe, assez chères.

Claudia MERLO

5 spécialités culinaires à goûter en Suède

1- Le hareng

Poisson gras comme le saumon, le hareng vit dans des eaux très froides et appartient pleinement à la très longue tradition culinaire suédoise. Il n’est pas un produit de luxe mais plusieurs plats traditionnels sont revisités depuis quelques années, par des chefs, et le hareng revient en force dans les restaurants branchés.

Dans tous les pays du monde, il y a toujours au moins une spécialité réputée difficile pour les papilles des étrangers. Comme les insectes en Thaïlande ou les cuisses de grenouilles en France, la spécialité suédoise au hareng dont on parle le plus n’est que peu ragoûtante si vous n’avez pas été initié très jeune, car c’est une conserve de poisson fermenté (appelée surströmming) qui continue de fermenter dans la boîte… L’odeur est tellement nauséabonde que les Suédois le consomment uniquement à l’extérieur.

Exotique, mais déjà plus consensuel y compris parmi les Suédois, le hareng mariné, inlagd sill, divise déjà moins les touristes. Très populaire pendant les fêtes de fin d’année, on le trouve aussi le reste de l’année dans le buffet traditionnel smörgåsbord par exemple, ou servi en entrée. Ça pique un peu mais rien d’insoutenable.

Vous prenez encore moins le risque de faire la grimace avec le stekt strömming même si les saveurs du hareng frit sont une authentique découverte, car celui-ci est souvent servi avec une étonnante sauce moutardée et de la confiture de lingon : la confiture d’airelles, quasiment inévitable dans tous les grands classiques.

Enfin si vous n’aimez pas le hareng, en Suède, il y a l’omble chevalier. Poisson cousin du saumon, également moins cher en Scandinavie, c’est un autre poisson gras à chair rose et d’une saveur exquise. Très présent dans l’océan arctique et au fond des lacs du nord de la Suède, il fait le bonheur des voyageurs venus pour la pêche. Il est servi de multiples façons et de plus en plus tendance dans les restaurants de Stockholm (et ailleurs). Le chef du restaurant Jukkasjärvi (du célèbre Ice Hotel de Laponie) le sert avec du beurre à l’aneth et des écrevisses, selon une recette traditionnelle divinement délicieuse.

2- Le renne

Les plats suédois en apparence très riches sont en fait à base d’ingrédients souvent pauvres en graisses. Le renne plaît généralement beaucoup aux amateurs de viande. C’est une viande de gibier qui n’est pas du tout grasse et dont le goût est prononcé. La viande de renne est souvent consommée en steak, en rôti ou sautée comme dans le renskav. C’est de la viande de renne sautée, plat typique de Laponie suédoise, que l’on retrouve néanmoins dans d’autres pays scandinaves, servie généralement avec des champignons, des pommes de terre… et de la confiture d’airelles.

Sinon, plus traditionnel : le ragoût kallops, servi avec des pommes de terre ou des pâtes dans une version plus contemporaine, des carottes et des betteraves marinées ou des cornichons.

Le viltskav est un plat extrêmement populaire qui se cuisine de nombreuses façons différentes avec du renne et des champignons, des chanterelles, champignons vedettes en Suède.

Si la tendance actuelle est à la version asiatique avec les woks de renne, des plats assez pimentés, le viltskav traditionnel est souvent très crémeux et cuisiné avec du messmör, une curiosité culinaire à goûter à tout prix.

3- Le messmör

On appelle cela du petit lait. Lorsque l’on fabrique du fromage, on récupère toute la partie qui reste après avoir conservé le meilleur, et on a donc un liquide qui ne contient pas grand-chose à part de l’eau et du lactose. D’ailleurs, cela s’appelle aussi du lactosérum.

Le messmör est donc sucré et très pauvre en graisse et cela rappelle le lait concentré sucré. Il est utilisé dans de nombreux plats à base de viande notamment de viande de renne, mais vous pouvez certainement le goûter aussi au petit-déjeuner.

4- L’airelle rouge

Très nombreux sont les plats en Suède à être servis avec un soupçon de confiture d’airelles ou lingonsylt. Il serait inconcevable de séjourner en Suède et de passer à côté de cette confiture. Vous pouvez la découvrir sur des toasts au petit-déjeuner ou sur des pancakes au goûter, si vous n’aimez pas le sucré salé, mais il serait dommage de se priver d’un bon nävgröt par exemple, un plat très traditionnel avec du porc frit et à base de skrädmjöl (farine d’avoine rôtie) ; copieuse et savoureuse spécialité de l’ouest du pays.

5- Le västerbotten

Le västerbotten tient son nom du comté du nord de la Suède dont il est originaire. La ville principale est Umeå, au bord de la mer Baltique. Le fromage est originaire de Burträsk, une petite ville à une heure au nord.

L’histoire (ou la légende) raconte qu’une laitière a inventé ce fromage par erreur alors qu’elle s’était laissée distraire par son amoureux. Le västerbotten existe depuis 1872 et la recette est secrète. C’est l’un des fromages les plus populaires de Suède, au point qu’il est surnommé « l’empereur des fromages ».

Fromage au lait de vache qui s’affine pendant au moins 14 mois, il a une saveur unique, très parfumée, qui rappelle vaguement le parmesan et une texture granuleuse. Ce fromage bien gras est à goûter dans la västerbottensostpaj, la quiche au fromage, particulièrement populaire en été.

 

COUTUMES AU BUREAU

La Suède ne connaît pas la crise, et ça se voit. Le travailleur suédois ne connaît pas le stress, et ça se voit. Mais derrière cette jolie façade, avez-vous remarqué les spécificités et règles cachées du monde du travail ?

1- 40 heures, tu ne feras pas : arriver à 11h ou partir à 15h, c’est possible ! Panne d’oreiller, rendez-vous chez le coiffeur, livraison Ikea… pas de stress, prévenez éventuellement votre patron, ou dites que vous travaillez de chez vous. Sauf si vous n’avez pas d’ordinateur portable, cela risque de moins bien passer.

2- A tous les fika, tu iras : pour être apprécié, le mot d’ordre est so-cia-li-ser. En Suède, votre mérite et votre aptitude au travail seront jugés à votre présence et compagnie aux fika. Ne faites surtout pas l’erreur d’en rater un pour boucler un dossier urgent, ce prétexte tout à votre honneur n’aura que peu de valeur aux yeux de vos collègues.

3- Pleurer tes collègues, tu feras : en Suède, il n’est pas d’usage de critiquer. Si votre collègue a fait un travail bâclé et truffé d’erreurs, ne lui dites surtout pas ! Que se passe-t-il dans la tête d’un Suédois ? C’est très simple : commentaire = critique négative = agression. La rigueur, la conscience professionnelle ou l’amour du travail bien fait, le Suédois ne connaît pas. Il vient au travail pour justifier le salaire qui tombe tous les mois sur son compte en banque. Et pour la corbeille de fruits.

4- Le NON, tu décrypteras : vous devrez apprendre à formuler et donc comprendre la critique à la méthode suédoise. Si votre patron vous dit : « j’adore l’idée, très bon travail, c’est vraiment super… mais essaye plutôt ça », vous devrez comprendre « c’est vraiment à chier, il faut toujours que tu fasses ton original… je t’explique vite fait ce qu’on a fait pour un autre client et je me barre en week-end, il est déjà 14h ».

5- Les enfants, tu feras : la Suède est le paradis des parents. Après les 480 jours de congé parental (soit 2 années à répartir entre le papa et la maman, ou les 2 papas, ou les 2 mamans), les parents ont aussi le droit à 120 jours d’absence par an pour prendre soin de leurs enfants, les VAB (vård av barn), et un crédit de 480 jours de föräldrapenning généralement utilisés pour couvrir les vacances scolaires. Et si votre boss se lève subitement en pleine réunion, et s’en va à 15h, ne soyez pas choqué : il ou elle va simplement et naturellement chercher ses enfants à la sortie de l’école ! La famille avant tout.

6- En réunion, tu t’ennuieras : oubliez les réunions de 2 heures efficaces avec un ordre du jour précis. Les Suédois adorent les longues réunions — si possible à la journée avec lunch offert — et souvent la seule action concrète qui en résulte est le choix de la date de la prochaine réunion, pour parler des mêmes sujets. Si la multiplication des réunions (réunionite) et la planification sont des éléments clés du management, la prise de décision est en revanche un processus particulièrement complexe, douloureux et lent. Paradoxe ou relation logique cause-conséquence ?

7- Tes questions, tu garderas : oubliez votre curiosité, votre envie de comprendre ou d’améliorer le système. Vous devez fixer votre écran d’ordinateur 8 heures par jour (enfin 7 de présence effective… enfin 6 en enlevant les fika), faire ce que vous êtes sensés faire — même si ça n’est pas clair — et mettre de côté vos questions pertinentes. De toute façon, « des réponses, tu n’auras pas »…

8- Malade 1 jour, tu ne seras pas : mais 2 oui ! Si vous êtes malade 1 journée, vous perdez 1 journée de salaire (jour de carence). Ce n’est qu’à partir du 2ème jour que vous avez le droit à 80 % de votre salaire, sans justificatif du médecin. Alors ne soyez pas surpris si les absences pour mal au crâne ou gorge irritée durent 2 jours, voire 3 ou 4 lorsqu’il fait un grand soleil… et que vos collègues reviennent au bureau avec un coup de soleil sur le nez.

9- Les heures sup, tu accumuleras : avec 5 semaines de congés payés mais 4 voire 5 semaines de vacances à prendre rien qu’en été… Faites le calcul ! Ou pensez à négocier 1 semaine supplémentaire lors de votre entretien d’embauche.

10- En sandales, tu marcheras : pas question de marcher en moon boots au bureau l’hiver ! Vous êtes priés de laisser à l’entrée manteaux et chaussures, afin de ne pas souiller l’espace de travail. Le Suédois aime se sentir comme chez lui au bureau, alors oubliez vos règles vestimentaires de base comme « pas de chaussettes dans les sandales » ou « pas de charentaises avec un costume »…

GYM : ENCORE UN DERNIER EFFORT

Pour un Suédois, l’exercice physique occupe une place de premier ordre, quel que soit l’âge et le sexe. Les salles de sport ou gym sont inévitables dans les rues de Stockholm. Poussés par votre curiosité (ou l’abonnement pris en charge par votre entreprise), vous franchirez un jour ou l’autre la porte de ce monde à part…

1- Ton look, tu soigneras : les miroirs tapissant les murs ne sont pas là que pour contrôler votre posture en plein effort. Au pays des apparences, pas question de faire du sport en look Gym Tonic des années 80, vous allez à la gym comme au bureau, avec baskets dernier cri, coiffure impeccable et maquillage. Certains sportifs passent plus de temps à se recoiffer et admirer leur reflet qu’à soulever des poids… vous êtes prévenu.

2- Tes complexes, tu oublieras : vos abdos en tablette de chocolat sont cachés par quelques abus de fika ? Regardez autour de vous, vous n’êtes pas le/la seul(e). Evitez le côté obscur de la gym — la zone des appareils de musculation — réservé aux fanatiques et préférez rameurs, elliptiques et cours collectifs… Non, la salle de gym n’est pas réservée aux corps parfaits. Oui, pire que toi, tu trouveras.

3- Du viking moderne, tu te moqueras : vous remarquerez ce stéréotype vivant du mâle suédois adepte de la muscu, grand, beau, avec des yeux clairs perçants, une barbe parfaitement taillée, un corps musclé recouvert de tatouages, de la lumière dans ses cheveux blonds (#Edith Piaf) mais qui… attache ses cheveux en palmier avec un chouchou rose ridicule (emprunté à sa copine ?). Dur d’être un viking coquet en 2017 !

4- Des orgasmes, tu entendras : certains « Monsieurs Muscles » expriment leur souffrance — ou plus exactement prennent du plaisir à exprimer leur souffrance — bruyamment, à grand renfort de souffles saccadés, de petits gémissements, et bien sûr d’un cri de jouissance en apothéose, une fois le poids soulevé. Le ridicule ne tue pas, mais peut toujours vous amuser (en silence merci).

5- La mamie, tu ne jalouseras pas : sachez que les Suédois sont sportifs, à tout âge. Vous ravalerez votre fierté lorsque cette dame au moins sextagénaire ramera effrontément plus vite que vous. Vous lui souhaiteriez presque un malaise si vous étiez sûr de ne pas avoir à la réanimer par bouche-à-bouche.

6- Les appareils, tu astiqueras : vous devrez d’abord utiliser vos muscles pour désinfecter au mieux les appareils. Notamment après le passage de ce sportif assidu, qui ne comprend pas qu’il ne faut pas nettoyer les appareils avec la même serviette qui lui a servi 5 secondes plus tôt à essuyer les torrents de transpiration sur son front et son torse.

7- La pièce du boucher, tu choisiras : lisez bien les étiquetages sur les appareils, façon viande en barquettes au rayon boucherie. Quel morceau allez-vous choisir de travailler aujourd’hui ? Travers ou poitrine ?

8- Ton body, tu bougeras : vous n’êtes pas motivés à l’idée d’enfiler des perles, pardon des poids sur une barre, ou encore courir comme un hamster sur un tapis ? Essayez le Bodycombat, Bodyjam, Bodybalance, Bodypump, Bodyattack… des noms barbares pour des cours collectifs qui vous feront brûler des calories et raffermir vos fessiers — si besoin — au rythme d’une musique techno (prévoyez éventuellement des bouchons pour vos oreilles) et de la voix tyrannique du coach ! Et pourquoi ne pas rester en forme en s’amusant et se relaxant avec les cours de danse et de yoga (pour ce dernier, mieux vaut comprendre le suédois pour ne pas vivre un grand moment de solitude).

9- Tes conseils de coach, tu garderas : vous réfrénerez votre envie de proposer à cette jeune femme d’augmenter la vitesse de son tapis de course réglé au minimum ; même dans la rue elle marche plus vite, sans se rendre compte qu’elle brûle des calories. Non seulement elle monopolise un appareil pour rien, mais en plus elle vous casse les oreilles en discutant au téléphone avec sa meilleure amie, qui est certainement sur un autre tapis de course, réglé à la même vitesse, à 1 km de là.

10- Aux protéines, tu ne succomberas pas : vous vous demanderez quelle est cette poudre, négligemment répandue sur les bancs des vestiaires et formant une bouillie dégoûtante dans les lavabos des vestiaires… Il s’agit de la potion magique des mâles aux muscles saillants, disponible en saveurs supposées alléchantes : cheesecake fraise, caramel beurre salé, banana split, tarte à la pomme et bien entendu kanelbulle !

HAPPY HOURS DU VENDREDI SOIR

Les clichés ont la peau dure mais malgré tout, on aime ça. Petit kit de conduite pour vous fondre dans la masse le vendredi soir en Suède.

1– La moitié de l’après-midi, tu prendras : Alors qu’en France vous ne quittez pas votre poste avant 18h sous risque de vous faire rappeler par votre patron que ce n’est pas un jour férié, soyez prêts et prêtes à partir à 15h ou 16 h maximum ! Vous ne vous ne ferez pas remarquer et n’aurez aucune raison d’avoir peur pour votre place ! Votre patron, lui, sera d’ailleurs, certainement déjà parti chercher ses enfants de bonne heure à l’école.

2– En after-work, tu iras : Il y en a un peu partout en ville et ce, dès 15h le vendredi après-midi, vous ne pouvez pas les rater, et y échapper serait un pêché…  D’une part, l’after-work tisse les liens sociaux, surtout avec l’alcool qui désinhibe particulièrement les Suédois, et d’autre part, les prix sont souvent bien moins élevés qu’en temps normal.

3– Ton make-up ou ton parfum, tu emporteras : L’after-work, c’est juste après le travail donc pas question de repasser chez soi ! Vous prévoirez de quoi vous refaire une beauté, une retouche maquillage, du parfum ou même, une tenue casual friday pour l’occasion. Pour être comme un(e) Suédois(e), il faudra prendre soin de votre chevelure afin que votre brushing ou votre coupe gélifiée tienne toute la soirée !

4–  Ton salaire tout juste gagné, tu dépenseras : C’est une coutume en Suède, le week-end suivant la paie, on la dépense ! D’ailleurs, vous remarquerez qu’il y a beaucoup plus de monde partout les week-ends en question !

5– La gueule de bois, tu auras : Si vous suivez le rythme et le débit de vos collègues suédois, vous risquez d’avoir une sacrée gueule de bois le lendemain matin ! Attendez-vous à être un peu surpris lorsque vous assisterez aux beuveries suédoises les toutes premières fois. D’un coup, tout le monde parle plus fort, est plus prêt et beaucoup plus avenant !

6– Après l’after-work et avant le klubb, du solide, tu mangeras ! Pour éponger et diminuer les effets cités au commandement précédent, il vous faudra penser à ne pas consommer que du liquide. Pas besoin de dépenser des sommes astronomiques, le Mac Donald de Slussen reste ouvert toute la nuit !

7– Ton adresse, tu oublieras : Il sera probablement nécessaire d’avoir votre adresse sur un collier autour du cou, comme pour un toutou, juste au cas où vous vous perdiez ou que cela devienne trop difficile à prononcer  au chauffeur de taxi. Il est également vraisemblable de ne pas se réveiller chez soi ! C’est un risque qui augmente généralement proportionnellement au nombre de verres que vous buvez et si vous décidez d’aller ou pas en efterfest …

8– Ta brosse à dents ou des chewing gums, tu auras  : En cas de réveil en territoire ou lit inconnu,  la gueule de bois ne réussissant pas à l’haleine, nous vous conseillons cet accessoire pratique ainsi que tout autre accessoire nécessaire en cas de découchage. En gros, pour reprendre un fameux slogan, sortez couverts !

9– Du fredagsmys, de temps en temps, tu profiteras :  L’option « cocoonage » maison pour les casaniers ou pour les familles existe aussi. S’empiffrer de chips devant la télé, ou de pizza ou de tacos, c’est autorisé et culturellement intégré en Suède, tant que c’est un vendredi soir. Cela s’appelle le fredagsmys et fait le bonheur des marques de chips en tous genres. N’oubliez pas dans ce cas de passer au systembolaget avant 18 h comme tout Suédois qui se respecte !

10– Des bons plans de la Suède en Kit, tu t’inspireras !   En manque d’idées pour le week-end, pensez à consulter notre sélection d’idées de sorties pour le week-end sélectionnées avec soin  chaque semaine sur notre site. Pour ce week-end, voici d’ailleurs nos bon plans ici.

Tvättstuga : ça lessive !

En Suède, l’expression « je ne peux pas, j’ai tvättstuga » semble parfois une grossière excuse pour échapper à un rendez-vous (et même à un date). Mais la réalité est que la corvée de linge peut tourner au cauchemar, sans quelques conseils pratiques.

1- A l’avance, tu t’y prendras : comme pour le cinéma, le restaurant, le cours de gym, le coiffeur, les vacances, l’afterwork entre amis… le Suédois aime planifier, et la réservation de la tvättstuga se fait parfois 2 voire 3 semaines à l’avance.

2- Bleu, tu porteras : grand, résistant, lavable, le sac Ikea est l’accessoire indispensable pour transporter vêtements, draps et serviettes.

3- Respirer par la bouche, tu apprendras : très utile lorsque vous arrivez au fond du panier et que vous mettez la main sur votre tenue de sport d’il y a 2 semaines.

4- Du lave-linge, tu te méfieras : le lave-linge qui avale les chaussettes, c’est un mythe. Par contre le voisin qui trouvera une de vos chaussettes risque de la mettre à la poubelle, alors vérifiez avec attention vos tambours !

5- Du sèche-linge, tu te méfieras : quoi de plus désagréable que de réaliser à la fin de son créneau horaire que le sèche-linge n’a pas fonctionné et qu’il faudra étendre ses draps sur ses chaises, surtout en plein hiver.

6- Maniaque, tu ne seras pas : un cheveu est un cheveu, même s’il est long, frisé et blanc, et ne vous appartient pas…

7- En retard, tu ne seras pas : la grande Loi de la tvättstuga est stricte, après 20 minutes, un voisin peut vous voler votre place ! Cette durée peut varier selon les Brf, vérifiez votre règlement…

8- Malin, tu seras : sans réservation et à cours de sous-vêtements ? La solution est parfois de se présenter à la tvättstuga le dimanche matin, premier créneau, et d’attendre 20 minutes pour voler en toute légalité la réservation d’un voisin encore mal réveillé devant son café.

9- La lessive, tu n’oublieras pas : descendre 4 étages, traverser la cour, redescendre un escalier, réaliser que vous avez oublié votre lessive, remonter un étage, retraverser la cour, remonter 4 étages… Heureusement, on apprend vite de ses erreurs.

10- Humble, tu resteras : vous n’êtes pas suédois, alors les étranges rouleaux à pâtisserie accrochés au mur ne sont pas faits pour vous.

SUPERMARCHES

Se rendre dans un supermarché les premiers jours de son arrivée en Suède peut-être aussi déroutant qu’exotique. D’une part, car on ne connaît pas encore assez la langue pour pouvoir déchiffrer les étiquettes et les emballages, d’autre part, car on ne connaît pas les traditions alimentaires suédoises. N’ayez aucune honte : il est arrivé à tous les étrangers un jour de verser du filmjölk dans son café, et de se demander ce que pouvait bien être ce kaviar en tube. La Suède en kit vient à la rescousse pour vous tirer d’affaire !

Comment dit-on Carrefour en suédois ?

Tout d’abord, comment s’appellent les supermarchés suédois ? Les deux chaînes les plus grandes sont ICA et Coop (ancien Konsum). Il existe différentes variantes en fonction de leur taille : ICA Supermarket, Kvantum, Nära, Maxi, et le petit dernier ICA To Go dans les gares pour acheter un truc à la va-vite avant d’attraper son train. Chez le concurrent : Coop Nära, Extra, Konsum, Forum ainsi que Lilla Coop, Coop et Stora Coop, une nouvelle « ligne » qui met le focus sur les produits bio. ICA Maxi et Coop Forum sont de très grands magasins, le plus souvent situés en bordure des grands axes de communication, pratiquement accessible seulement en voiture.

On trouve aussi des Hemköp et des Willys ainsi que deux chaînes discount : Netto et Lidl.

ICA et Coop proposent dans certaines boutiques aux clients de scanner leurs achats eux-mêmes grâce à des pistolets portables ; il faut avoir la carte de fidélité du magasin pour y avoir accès et le paiement ne peut se faire que par carte. Ces deux chaînes et Hemköp proposent également des caisses sans personnel, en libre-service : les clients scannent eux-mêmes leurs produits, payent par carte et peuvent ressortir du magasin en « blippant » le code-barre du ticket de caisse ; pratique pour les petits achats et si on ne veut pas faire la queue.

Le rayon pain — bröd

Les « vraies » boulangeries qui vendent du pain frais au levain connaissent un essor depuis quelques années, mais jusqu’à récemment les Suédois se nourrissaient soit de pain dur, knäckebröd, du genre « pain Wasa » (que vous trouverez aussi sur les marques de Leksand, Finn Crisp, Pyramidbageriet), ou du pain « mou » emballé dans des sacs plastiques. Dans cette deuxième catégorie, on retrouve les marques Pågen, Fazer, Skogaholm, pour les pains pré-tranchés, et Polarbröd pour les pains polaires (plus ou moins épais).
La plupart des boutiques vend également du pain cuit sur place, tel des baguettes (qui risquent de vous décevoir), des ciabattas, des petites miches. Dans certains magasins un peu mieux achalandés, on peut trouver du pain au levain de chez Gateau par exemple.

Le rayon laitier — mejeri

Ce rayon est peut-être celui qui donne le plus le tournis au nouveaux venus. La grande marque suédoise s’appelle Arla, mais il existe aussi des marques locales. Commençons par le lait : il est pasteurisé (mais pas UHT) et homogénéisé, ne faites donc pas le plein avec 6 litres de lait d’un coup, il ne tiendra qu’une semaine et surtout, conservez-le au réfrigérateur ! Il existe un code-couleur : les briques bleues contiennent du lättmjölk, lait écrémé à 0,5 % de matière grasse, les briques vertes du mellanmjölk, du lait à 1,5 % de MG et les briques rouges du standardmjölk, à 3 % de MG. Si vous voulez absolument du lait pasteurisé UHT, cherchez celui où est inscrit långbarhet. Les briques, en Tetra Pak et dotées d’un bouchon en plastique (recyclé !), contiennent 3 dl, 5 dl, 1 l ou 1,5 l.
Les Suédois sont de gros consommateurs de lait — ils peuvent en boire aux repas — mais en même temps, nombre sont ceux qui ne tolèrent pas le lactose. C’est pourquoi vous trouverez sans problème des produits laitiers sans lactose, laktosfri, ou des laits végétaux : kokosmjölk, mandelmjölk, havremjölk, sojamjölk, pistaschmjölk etc.

Viennent ensuite les yaourts, yogurt. Gros choc culturel : les Suédois n’ont pas l’habitude de manger de yaourts comme les Français en dessert, mais plutôt le matin avec du musli, c’est pourquoi on trouve peu de pots de yaourt (marque Yoggi). La plupart se vend en brique d’un litre, et les goûts ne sont pas aussi diversifiés qu’en France. Vous en trouverez malgré tout à la fraise, jordgubb, à la vanille, vanilj, au miel, honung, à la mangue, mango, à la rhubarbe, rabarber ; mais la plupart sont en fait nature, naturel, grec, grekisk, ou turc, turkisk. Un produit courant sur la table de petit-déjeuner suédois est le filmjölk, une sorte de lait caillé ressemblant au kéfir, plus liquide que le yaourt. Il peut être aromatisé. À ne pas verser donc dans votre café du matin !

Du côté du beurre, smör, il y a le beurre normalsaltat, extrasaltat et ekologiskt. Les margarines au beurre en mélanges tartinables s’appellent : Bregott, Lätt & Lagom, Flora.

Le rayon charcuterie/viande — charkuteri/kött

Le jambon, skinka, suédois est tranché plus finement qu’en France, reconstitué et pressé, donc les tranches sont presque parfaitement rondes. Il existe cuit, kokt skinka, séché, torkad skinka, ou fumé, rökt skinka. Attention aux additifs (même du sucre) ! Pour être sur d’avoir un bon jambon, mieux vaut y mettre le prix…
La qualité des saucisses ou saucissons, korv, peut aussi varier énormément. Le pâté, pastej, se présente le plus souvent sous forme d’une pâte facile à tartiner, même si l’on peut en couper des tranches fines, traditionnellement déposées sur une tranche de pain avec des tranches de concombre ou de cornichons.

La viande de bœuf, nötkött, de porc, fläskkött, d’agneau, lammkött, ou de veau, kalvkött, se vend fraîche, soit à la coupe, soit déjà découpée, ou congelée. Si vous trouvez de la fransyska, n’en déduisez pas que les Suédois sont cannibales : il s’agit tout simplement du morceau de la longe, tranchée entre le bas de l’épaule et la queue de la bête.

Le rayon poisson/fruits de mer — fisk

C’est bien sûr là que vous trouverez du saumon, lax, sous toutes ses formes : frais (färsk), fumé à chaud ou à froid (varmrökt/kallröt), mariné (gravad). Mais aussi du sandre, gös, du flétan, hälleflundra, de l’aiglefin, kolja, de la baudroie (ou lotte ), marulk, du turbot, piggvar, de l’omble, röding, du cabillaud, torsk, du hareng, strömming ou sill etc. Les Suédois sont également friands d’oeuf de poisson, rom, et surtout du corégone blanc, löjrom ; celui provenant de Kalix, appellation protégée, est particulièrement prisé.

Du côté des fruits de mer, on trouve toujours des crevettes, räkor, et parfois des huitres, ostron. Ce rayon propose également des plats tous prêts, tel le traditionnel Skagenröra, et des sauces variées pour accompagner vos plats.

Le rayon fruits et légumes — frukt och grönsaker

Suédois sont de grands consommateurs de pommes de terre, potatis. Sachez faire la différence entre les mjölig potatis, pour la purée, les soupes, les fast potatis, pour les gratins, les pommes sautées et frites, et les bakpotatis, des pommes de terre énormes souvent préparées entières au four et fourrées d’un mélange de fromage en faisselle. Mais le tubercule préféré des Suédois est sûrement la färskpotatis, la pomme de terre nouvelle synonyme d’été et présente sur toutes les tables de midsommar.

Les choux — kål : blomkål (-fleur), grönkål (vert), rödkål (rouge), vitkål (bland), brysselkål (de bruxelles)…

Oignons et compagnie : gul lök (oignon jaune), rödlök (oignon rouge), vitlök (ail), purjolök (poireau), salladslök (oignon vert).

Parmi les fruits : äpple (pomme), päron (poire), apelsin (orange), rabarber (rhubarbe), persika (pêche), nätmelon (melon), vattenmelon (pastèque), plommon (prune).

Parmi les baies : vinbär (groseilles), krusbär (groseilles à maquereau), körsbär (cerises), jordgubbar (fraises), hallon (framboises), blåbär (myrtilles).

Les produits bio — ekologisk

L’offre bio des supermarchés suédois est très diversifiée. À part si vous cherchez des produits très spécifiques, vous n’aurez presque pas besoin de vous rendre dans les boutiques exclusivement bio (qui feront l’objet d’un prochain article), que ce soit pour l’alimentaire ou les produits d’hygiène.

LES BONBONS

Les Suédois adorent les bonbons et leur consommation de friandises, chocolat et autres sucreries est parmi les plus importante au monde, et en constante augmentation. D’après Jordbruksverket, une famille de 4 personnes engloutit en moyenne 1,2 kg de bonbons par semaine et chaque sujet de sa majesté “Karamelkungen” en consomment 16 kilos par an.

Si les fêtes de fin d’année restent le moment privilégié pour déguster chocolats fins et pralines, le week-end pascal est dédié aux bonbons : il s’en vend 10 % de la production annuelle, entre le jeudi — skärtorsdagen — et le Vendredi Saint — långfredagen —. Vous les trouvez partout en self-service, sous le nom de lösviktgodis pour remplir l’oeuf de Pâques en carton illustré.

En Suède, les bonbons ne sont pas réservés aux enfants. Les adultes sont totalement accros à leurs grenouilles vertes, leurs bananes en mousse, leurs sucettes acidulées ou leurs réglisses salées, et ne laissent personne, armés de leur petite pelle en plastique, remplir leur sachet.

Pourquoi les suédois ont la dent sucrée ?

Autrefois les sucreries étaient chères et Apoteket (la pharmacie) avait le monopole de la production de pastilles sucrées et autres berlingots jusqu’à la fin du XIXème siècle. Lorsque la culture de la betterave sucrière s’est développée en Scanie, le prix du sucre est devenu plus accessible et des fabriques de caramels ont commencé à démocratiser les bonbons. En 1930, les classiques caramels mous et durs sont rejoints par les gélifiés. L’imagination des fabricants de confiseries ne connaît plus de limites, c’est l’ère des coeurs rouge geléhjärtan, des geléhallon, rebaptisés tétons de Vénus par les plus audacieux, et des segaråttor, que l’on achète en les montrant du doigt à la vendeuse qui les dépose délicatement dans un cornet de papier.

La révolution de 1984

Les premiers bonbons en self-service font leur apparition au Daglivs de Flemmingatan, proposés en vrac par celui qui est toujours le leader du marché de la confiserie Candy King.
Les ventes explosent et le roi du caramel sort une trentaine de nouveautés chaque année.
Quelques chiffres :

  • 100 millions de sachets sont vendus par an et un sachet contient en moyenne 350 gr de bonbons en vrac,
  • les ados de 15 ans et les femmes de 35 ans sont parmi les plus gros consommateurs,
  • Skärtorsdag, le jeudi des petites sorcières de Pâques, champion toutes catégories des ventes annuelles,
  • 6 000 tonnes de sucreries et confiseries seront ingérées en Suède lors du week-end pascal.

Qui dit mieux ? Personne, les Suédois sont champions du monde des bonbecs et des dentistes heureux.

LOCATION D’UN LOGEMENT

Comment se loger en Suède en général, et plus particulièrement à Stockholm ? C’est sûrement la plus grande question qui se pose aux expatriés, et la plus difficile à résoudre après avoir obtenu le fameux personnummer.

Le marché du logement en Suède est très différent du français, et cela peut être très déroutant pour un nouvel arrivant. Il faut savoir que bon nombre de Suédois sont propriétaires de leur appartement, non pas qu’ils sont plus riches que les Français, mais parce que les prêts immobiliers sont plus accessibles. Il y a encore quelques années, on pouvait emprunter à vie sans obligation d’amortissement puisqu’on partait du principe que le prêt était remboursé au moment de la vente de l’appartement. Depuis juin 2016, les règles se sont durcies : on ne peut désormais emprunter que jusqu’à 85 % de la valeur du logement et il faut amortir, ce qui revient à emprunter sur 40-50 ans.

Liste d’attente — bostadskö

Tous les Suédois n’ont pourtant pas les moyens ou la possibilité d’emprunter et ils se tournent donc vers des organismes de location de première main, tels que Svenska BostäderFamiljebostäder ou Stockholmshem pour n’en citer que quelques-uns. Les appartements à louer sont annoncés par Bostadsförmedling i Stockholm, un organisme géré par la ville de Stockholm. Il s’agit en fait d’une sorte de liste d’attente (bostadskö). Tout détenteur d’un personnummer peut s’y inscrire pour seulement 210 kr/an (en 2016). Le marché du logement étant ce qu’il est dans les grandes villes suédoises — c’est le cas aussi pour Göteborg, Malmö et Uppsala — le temps d’attente est malheureusement de 10-20 ans (vous avez bien lu…) en fonction du quartier. Une condition est qu’il faut souvent avoir un revenu mensuel de 3 fois voire 3,5 fois le loyer. Nombre de personnes s’inscrivent sur cette liste en prévision du futur et n’ont pas besoin d’une location dans l’immédiat, mais fin 2016, elle comptait 555 925 personnes dont 14 % d’actifs (c’est à dire qui postulent pour un logement 5 fois par an). Fin janvier 2017, il y avait par exemple 239 logements libres, pour 7 157 potentiels intéressés… Pour consulter les statistiques de 2016, cliquer ici (en suédois).

Tout cela pour dire que pour les personnes qui viennent tout juste d’arriver à Stockholm, il est impossible de considérer cette alternative et il faut souvent se tourner vers le marché de la location en seconde main, andrahandsuthyrning. Toutefois, si on a du capital et un revenu mensuel raisonnable, on peut envisager l’achat, voir notre article à ce sujet.

Louer en seconde main — hyra i andra hand

On peut louer en seconde main à un locataire ou à un propriétaire.

Premier conseil : vérifiez bien que votre « propriétaire » a demandé l’autorisation de sous-louer son appartement. Dans le cas contraire, cela relève du marché noir, ce qui est bien entendu interdit, mais surtout, cela est très risqué, car vous pouvez vous faire virer du jour au lendemain. Le loyer peut être bien trop élevé et et il est très difficile d’obtenir gain de cause en cas d’abus.

On peut louer en seconde main pour une période allant de quelques mois à un an, éventuellement renouvelable un an, soit un maximum de deux ans.

Les sous-locations sont souvent annoncées sur Blocket (l’équivalent du « Bon coin ») et sur Bostad Direkt.

Deuxième conseil :  contrôlez bien que la personne qui vous propose de sous-louer son appartement en dispose réellement. De manière générale, il est fortement recommandé de ne jamais rien payer avant d’avoir vu l’appartement et signé le contrat de location ! Un dépôt de garantie équivalent à un mois de loyer peut vous être demandé.

Troisième conseil : exigez un contrat de location, qui mentionne l’objet loué, sa surface, son loyer mensuel, les coordonnées de la personne qui sous-loue, ainsi que la durée de la location et celle du préavis pour résilier le dit contrat. Sur cette page, vous trouverez des modèles de contrat de location, en suédois et en anglais, qu’il suffit d’imprimer puis de remplir et faire signer par les deux parties concernées.

Le loyer — hyran

Selon les statistiques de 2016, le loyer moyen d’un 1:a (une pièce) était de 7 453 kr/mois, un 2:a de 11 154 kr/mois et un 3:a de 11 680 kr/mois, soit environ 1 235 kr/mètres carrés. Ceci est évidemment une moyenne, qui varie en fonction du quartier.  La règle veut que le loyer de sous-location ne dépasse pas celui que le locataire paye, mais il peut être majoré de 10-15 % si l’appartement est loué meublé. Il faut savoir que tous les appartements suédois sont équipés en frigo/congélateur et cuisinière (parfois lave-vaisselle et four à micro-ondes) dans la cuisine et parfois d’une machine à laver dans la salle de bain. Beaucoup d’immeubles sont également équipés d’une buanderie commune (tvättstuga), mettant à disposition des locataires deux ou trois machines à laver que l’on réserve par créneaux de quelques heures. Tout ceci est donc compris dans la location, ainsi que l’eau, le chauffage et éventuellement la connexion télé/internet. Vérifiez bien que le contrat de sous-location mentionne ce qui est inclus dans le loyer. L’électricité se paye séparément si vous louez un appartement entier. En colocation, elle sera inclue dans le loyer.

Si vous sous-louez dans une copropriété, le loyer est établi sur la base de la valeur actuelle de l’appartement, en rajoutant les charges mensuels et des intérêts de 4%. Voici un exemple pour un appartement de 3 millions de couronnes dont les charges s’élèvent à 1 900 kr/mois :

(3 000 000 x 0,04)/12 + 1 900 = 11 900 kr/mois

Si le propriétaire venait à vous demander plus que ce qui est autorisé selon cette formule, Hyresnämnden, le tribunal qui se charge des litiges en matière de location de logements, pourra vous aider.

Dans le cas d’une colocation, il est important de contrôler que la totalité des loyers respectifs équivaille bien au coût total que le propriétaire paye tous les mois. Si par exemple vous trouvez une chambre en co-location (avec accès aux espaces communs tels que cuisine/salon et salle de bain) pour 15 000 kr/mois, vous pouvez être sûr que c’est illégal, quelque soit la situation de l’appartement. Étant donné l’état du marché du logement en Suède, il y a malheureusement des gens qui abusent de la situation et escroquent ceux qui cherchent désespérément à se loger, d’autant plus si on a éventuellement les moyens de payer le prix fort.

Enfin, n’oublier pas de souscrire une assurance-habitation, hemförsäkring, pour parer à tout accident. FolksamIf, Trygg-Hansa, Länsförsäkringar sont quelques compagnies d’assurance vers lesquelles vous pouvez vous tourner.

Lexique

Bostadskö : mot à mot, queue du logement, c’est-à-dire : liste d’attente pour les locations

Hyresvärd : propriétaire d’appartement à louer

Hyresgäst : locataire

Bostadsrätt : appartement de copropriété

Bostadsrättsförening :  association coopérative d’habitation

Bostadsrättinnehavare : propriétaire d’appartement de copropriété

1:a ou etta : appartement d’une pièce

1 r o k = 1 rum och kök : une pièce et cuisine (salle de bain comprise)

Hyra i andra hand : louer en seconde main

Andrahandskontrakt : contrat de seconde main

Förstahandskontrakt : contrat de première main

VISITES D’APPARTEMENTS

Le système suédois a de quoi dérouter les Français habitués aux visites sur rendez-vous avec l’agent immobilier et aux négociations du prix de vente (à la baisse). En complément de notre article Acheter un appartement en Suède, voici quelques conseils pour décrypter et optimiser vos visites d’appartement…

1- Les chaussettes trouées, tu n’auras pas : comme chez vous ou chez vos amis, il vous faudra enlever vos chaussures devant la porte de l’appartement.

2- Gourmand, tu ne seras pas : ne surtout pas manger le croissant ou les fruits sur le plan de travail de la cuisine, cela fait partie de la mise en scène pour un esprit « je suis chez moi »…. Les basiques : fleurs et bougies devant la fenêtre, parfum d’ambiance dans la salle de bains, savon liquide « de Provence » sur le rebord du lavabo, magazines de mode et bouteille de vin sur la table du salon, peau de bête sur le fauteuil du balcon. Seul le bol rempli de bonbons est vraiment à l’attention des visiteurs !

3- Voyeur, tu ne seras pas : n’espérez pas jouer les curieux en vous immiscant dans un appartement encore habité, la décoration aura été épurée, simplifiée, dépersonnalisée. Pour vendre en Suède,  il faut un intérieur ambiance scandinave : murs blancs, quelques objets ou meubles en bois, des coussins aux couleurs pastel ou aux imprimés graphiques. Ne vous laissez pas avoir, imaginez vous emménager avec vos propres meubles, votre télévision, votre bibliothèque, votre collection de boules à neige… Un mètre est toujours à votre disposition pendant les visites.

4- Les portes, tu ouvriras : osez ouvrir les placards et demander la surface du förråd (le cellier ou la cave), en particulier pour les petits appartements qui n’ont pas beaucoup de rangement, ça serait dommage d’avoir une penderie PAX Ikea au milieu du salon.

5- Ton nom, tu inscriras : inscrivez votre nom sur la liste généralement sur la table à manger (ou sur une tablette pour les agences les plus modernes). L’agent immobilier vous inscrira directement dans la liste des personnes pouvant enchérir et vous contactera certainement par téléphone dès le lendemain. Il est d’usage de justifier un accord de principe de prêt avant d’enchérir.

6- Organisé, tu seras : faites du repérage avant les visites, les annonces sont très complètes, avec adresse et photos, il est donc facile de se rendre sur place et de voir l’état de l’immeuble, les alentours, les nuisances potentielles. Comme les créneaux horaires sont très courts (souvent 1h30) et les mêmes jours (dimanche et lundi soir), il vous faudra souvent choisir entre plusieurs biens à visiter.

7- La météo, tu suivras : moins il y a d’acheteurs potentiels, moins il y a d’enchères, plus vous avez de chance de l’emporter. Comme les périodes de vacances scolaires, les jours de très mauvais temps ou au contraire de très beau temps (chaud !) sont moins propices aux visites, ne ratez pas ces occasions.

8- Modeste, tu resteras : vérifiez les derniers prix de vente (slutpriser) bien supérieurs aux prix de départ, sur le site hemnet, immeuble par immeuble, afin de vous faire une idée de la valeur réelle sur le marché, après enchères. Cela vous évitera des visites inutiles.

9- Fin stratège, tu deviendras : il existe deux techniques pour les enchères, recommandées par les agents immobiliers. Soit être patient : suivre les échanges et lorsque le prix atteint ce que vous êtes prêts à payer, faire une proposition. Soit être joueur : enchérir dès le départ le prix qui vous semble juste, afin d’éviter des surenchères à rallonge et décourager les potentiels acheteurs qui n’ont pas un gros budget.

10- Les pieds sur terre, tu garderas : fixez vous une limite ! Le jeu des enchères par SMS est stressant, excitant, tentant… Prenez garde à ne pas vous laisser séduire par le chant des sirènes de l’agent immobilier,  qui vous dira certainement « rajoutez encore 10 000 kr,  cela fera la différence »… C’est rarement vrai ! Son but est de faire monter les prix afin d’obtenir une plus grande commission.

ACHAT D’APPARTEMENT

Lorsque vous achetez un appartement (bostadsrätt), vous devenez membre d’une association coopérative (bostadsrättförening) qui possède et gère la copropriété. Donc en tant que membre, vous êtes propriétaire du fond mais pas des murs de la copropriété. Vous achetez en fait, un droit de jouissance. Quelques conseils utiles pour le parcours de l’acheteur potentiel d’appart.

Première étape : la banque

Vous devez justifier d’un accord de prêt (lånelöfte) de votre banque pour être dans la course à l’appart. Cet accord ne vous engage pas, ne coûte rien et est limité dans le temps, en général trois mois. N’hésitez pas à comparer les taux d’emprunt entre différentes banques. Notez que les banques suédoises prête au maximum 75—80 % de la somme totale du logement, vous devez donc apportez le reste, soit par des économies, soit par le bénéfice de la vente d’un autre bien immobilier. Sur le site de la banque de prêt d’état, SBAB, vous pouvez simuler le montant maximum que vous pouvez emprunter et le coût du prêt.

Deuxième étape : les visites

Après avoir listé vos besoins et délimité une zone de recherche, vous allez prendre part aux visites (visning). Le site Hemnet, incontournable, regroupe la plupart des biens en vente et va vite devenir votre outil de recherche.

Petit glossaire :

  • Villa = maison indépendante
  • Radhus = maison mitoyenne
  • Bostadsrätt = appartement de copropriété
  • Fritidshus = résidence secondaire
  • Tomt = terrain
  • Gård/skog = ferme/forêt
  • Rum = pièce — la salle de bain et la cuisine ne sont jamais comptées dans le nombre de pièces. Par exemple, un 3 rum och kök est un 3-pièces et cuisine + salle de bain (sous-entendu)
  • Boarea = superficie habitable
  • Avgift = charges mensuelles

Les visites organisées par l’agent immobilier concentrent un grand nombre d’acheteurs potentiels et ont souvent lieu les dimanches après-midi et lundi soir. Pas besoin de s’inscrire, il suffit de se présenter à l’adresse, jour et heure indiqués sur l’annonce (n’oubliez pas d’enlever vos chaussures en entrant ! ) L’agent immobilier aura préparé des brochures synthétisant les informations économiques de la copropriété, à étudier en détails. Contactez le cas échéant le responsable de la copropriété (bostadsrättföreningens ordförande) pour connaître les éventuels travaux futurs votés en assemblée générale et le plan de rotation financier des prêts, qui peuvent impacter votre budget. Profitez-en pour regarder l’état des machines de la buanderie et des autres parties communes.

Si en France, acheter un bien et devenir propriétaire demande quelques mois, en Suède quelques jours suffisent. La grande majorité des biens sont vendus aux enchères, lesquelles, tenues par l’agence immobilière, se déroulent souvent par mail, téléphone et sms. Une enchère ne vous engage en rien, seule la signature de la promesse de vente et le dépôt des arrhes sont un engagement officiel. Il n’est pas rare qu’une différence significative (parfois plus de 20 %) existe entre le prix affiché et le prix de vente final, en fonction du nombre d’intéressés. Pas de notaire à consulter, c’est encore l’agence immobilière qui gère le contrat de vente et c’est à elle que vous devrez donner votre lånelöfte. Il faudra attendre l’approbation de votre demande d’adhésion au bostadsrättförening pour que la vente soit effective.

Pour vous faire une idée du déroulement des visites (avec souvent des bonbons à disposition) :

… et le stress des enchères par SMS :

Troisième étape : faites vos calculs

En plus du prix d’achat, il faut ajouter les charges mensuelles de votre appartement (månadsavgift), à vous de vérifier ce qui est inclus : eau, chauffage, entretien des parties communes, TV/ internet…Vous devez souscrire un contrat multirisque habitation (hemförsäkring) auprès d’une société d’assurance, éventuellement avec une assurance complémentaire (bostadsrättstillägg) s’il s’agit d’un bostadsträtt, ce qui est souvent le cas. La première assurance protège votre mobilier, la seconde assure les installations de la cuisine et de la salle de bain en cas de gros pépin (dégât des eaux etc).

En Suède, il est impératif de régler ses charges mensuelles auprès de la copropriété dans les temps, sinon on risque un incident de paiement, lequel peut avoir de lourdes conséquences. Donc, ne laissez pas traîner vos factures ! Dans le pire des cas, vous pouvez perdre votre bostadsrätt et avoir à faire avec Kronofogden.

 

Salutations

Hej!

Salut !

God morgon!

Bonjour ! (sg./ pl.)

God dag!

Bonjour ! (sg./ pl.)

God kväll!

Bonsoir ! (sg./ pl.)

God natt!

Bonne nuit ! (sg./ pl.)

Hej då!

Au revoir !

 

Vocabulaire important

ja

oui

nej

non

kanske

peut-être

OK

OK

Tack!

Merci !

Ingen orsak!

De rien ! (avec plaisir) (m / f)

Ursäkta, ...

Excusez-moi, ... (sg./ pl.)

Förlåt.

Pardon.

Jag har ...
Jag har ingen ...

J'ai (Je n'ai pas) ...

Vi har ...
Vi har ingen ...

Nous avons ... / Nous n'avons pas de ...

Det finns ...
Det finns ingen ...

Il y a ... (Il n'y a pas de ...)

 

Se présenter

Jag heter ...

Je m'appelle...

Jag kommer ...

Je viens...

Jag är ... år gammal.

J'ai ... ans.

Jag är gift.
Jag är inte gift.

Je suis marié / Je ne suis pas marié.

Jag reser ensam.
Jag reser inte ensam.

Je voyage seul. (m / f ) Je ne voyage pas seul. (m / f)

Jag reser med ...

Je voyage avec ...

 

Se faire comprendre

Jag talar ingen svenska.

Je ne parle pas suédois.

Det förstår jag inte.

Je ne comprends pas. (m / f)

Talar någon här ...?

Quelqu'un parle-t-il...ici ?

engelska

anglais

franska

le français

Kan du skriva upp det?

Veuillez noter, s'il vous plaît. (m / f)

Kan du upprepa det?

Répétez, s'il vous plaît. (m / f)

Ett ögonblick.

Un moment, s'il vous plaît !

 

Les chiffres

noll

zéro

ett

un

två

deux

tre

trois

fyra

quatre

fem

cinq

sex

six (t'as six cassettes?)

sju

sept

åtta

huit

nio

neuf

tio

dix

elva

onze

tolv

douze

tretton

treize

fjorton

quatorze

femton

quinze

sexton

seize

sjutton

dix-sept

arton

dix-huit

nitton

dix-neuf

tjugo

vingt

tjugoett

vingt-et-un

trettio

trente

fyrtio

quarante

femtio

cinquante

sextio

soixante

sjuttio

soixante-dix

åttio

quatre-vingts

nittio

quatre-vingt-dix

hundra

cent

tusen

mille

en miljon

un million

ett par

quelques...

allô !: hej!  

comment vous appelez-vous ? : vad heter du?  

enchanté: trevligt att träffas!  

comment allez-vous ?: hur mår du?  

bien, merci !: jag mår bra, tack!  

et vous ?: och du?  

 

D'autres questions sur la langue et l'âge:

parlez-vous (anglais/suédois)? : talar du (engelska/svenska)?  

parle-t-elle chinois ?: talar hon kinesiska?  

un peu: bara lite  

quel âge avez-vous? : hur gammal är du?  

j'ai trente-trois ans: jag är trettiotre år  

j'ai été ravi de vous parler : det var trevligt att prata med dig!  

Si vous ne comprenez pas quelque chose, ceci sera votre arme secrète:

que voulez-vous dire ?: vad menar du?  

je ne comprends pas: jag förstår inte!  

je ne sais pas: jag vet inte.  

excusez-moi : förlåt       

comment cela s'appelle-t-il en suédois ?: vad heter det på svenska?  

que veut dire ce mot en anglais ?: vad betyder det ordet på engelska?  

D'autres informations personnelles sur les origines et la profession:

d'où venez-vous ?: var kommer du ifrån?  

je viens des états-unis: jag är från usa  

je suis américain: jag är amerikan  

où habitez-vous ?: var bor du?  

je vis aux états-unis: jag bor i usa  

que faites-vous dans la vie ? : vad jobbar du med?  

je suis étudiant: jag är en student  

Offrir ou demander de l'aide et donner des directives et instructions:

puis-je vous aider ?: kan jag hjälpa dig?  

pouvez-vous m'aider ?: kan du hjälpa mig?  

où est l'aéroport ?: var är flygplatsen?  

continuez tout droit : gå rakt fram  

puis: sedan  

tournez à gauche : sväng vänster  

tournez à droite : sväng höger  

Bons voeux en suédois pendant les fêtes et occasions:

bon anniversaire !: grattis på födelsedagen!  

bonne année !: gott nytt år!  

joyeux noël!: god jul!  

bonne chance !: lycka till!  

félicitations !: grattis!  

Des expressions suédoiss couramment utilisés pendant les voyages ou phrases d'achat:

j'ai une réservation: jag har en reservation (för ett rum)  

avez-vous des chambres disponibles ?: har ni lediga rum?  

j'aimerais une chambre non fumeur: jag skulle vilja ha ett rum för icke-rökare  

combien par nuit ?: vad kostar det per natt?  

garçon / madame !: servitör/servitris!  

combien pour ceci ?: hur mycket kostar detta?  

qu'est-ce que c'est ?: vad är detta?  

Phrases de survie considérés importants en cas d'urgence:

ça va ?: mår du bra?  

j'ai besoin d'un médecin: jag behöver en läkare  

au secours !: hjälp!  

appelez l'ambulance !: ring en ambulans!  

appelez la police !: ring polisen!  

je ne me sens pas bien: jag mår illa  

et: och  

sous: under  

avant: före, innan  

après: efter  

à l'intérieur: inuti  

à l'extérieur: utanför  

avec: med  

mais: men  

pour: för  

à partir de: från  

à: till  

dans: i  

 

Pour poser des questions, utilisez la commande suivante:

quoi ?: vad?  

qui ?: vem?  

comment ?: hur?  

pourquoi ?: varför?  

où ?: var?  

 

Quelques adverbes de temps les plus importants:

jamais: aldrig  

rarement: sällan  

parfois: ibland  

habituellement: vanligen  

toujours: alltid  

très: mycket  

Pronoms les plus couramment utilisés en suédois:

je: jag  

tu, vous: du  

il: han  

elle: hon  

nous: vi  

ils, elles: de/dem  

 

Pour exprimer la possession de quelque chose [forme possessive]:

mon: min  

ton, votre: din  

son: hans  

sa: hennes  

notre: vår  

leur: deras  

? Jours de la semaine et les expressions de temps:

lundi: måndag  

mardi: tisdag  

mercredi: onsdag  

jeudi: torsdag  

vendredi: fredag  

samedi: lördag  

dimanche: söndag  

maintenant: nu  

hier: i går  

aujourd'hui: i dag  

ce soir: i kväll  

demain: i morgon  

 

Les Fruits et les légumes les plus populaires:

fruits: frukter  

pommes : äpplen  

bananes: bananer  

tomates: tomater  

pommes de terre: potatisar  

oignons: lökar  

 

Des couleurs que nous pensons qui sont très importantes à mémoriser:

rouge: röd  

vert: grön  

bleu: blå  

blanc: vit  

noir: svart  

gris: grå  

 

Quelques mots liés à l'alimentation et nourriture:

petit déjeuner: frukost  

déjeuner: lunch  

dîner: middag  

lait: mjölk  

café: kaffe  

pain: bröd  

Les conditions météorologiques, et les sensations du corps:

ensoleillé: soligt  

venteux: blåsigt  

pluvieux: regnar  

enneigé: snöar  

froid: kallt  

chaud: hett  

Mots liés à la famille et aux proches:

garçon: pojke  

jeune fille: flicka  

fils: son  

fille: dotter  

frère: bror  

sœur: syster  

homme: man  

femme: kvinna  

père: far  

mère: mor  

grand-père: farfar/morfar  

grand-mère: farmor/mormor  

 

Voici les noms de lieux dans la maison que nous utilisions très souvent:

maison: hus  

toilettes: toalett  

chambre: rum  

chambre à coucher: sovrum  

cuisine: kök  

table: bord  

 

Les animaux de la maison et de la ferme bien connus:

chat: katt  

chien: hund  

souris: mus  

oiseau: fågel  

vache: ko  

cheval: häst  

 

Les vêtements :

chaussettes: strumpor  

chaussures: skor  

pantalon: byxor  

chemise: skjorta/tröja  

chandail: tröja  

manteau: rock/kappa  

 

Langues les plus populaires dans le monde:

anglais: engelska  

français: franska  

allemand: tyska  

espagnol: spanska  

italien: italienska  

portugais: portugisiska  

grec : grekiska  

russe: ryska  

arabe: arabiska  

hindi: hindi  

chinois: kinesiska  

japonais: japanska  

Les termes les plus utilisés au cours d'un voyage:

taxi: taxi  

bus: buss  

hôtel: hotell  

réservation: bokning  

aéroport: flygplats  

passeport: pass  

 

Les mots que vous pouvez utiliser en classe ou à l'école:

étudiant: elev, student  

professeur: lärare  

stylo: penna  

livres: böcker  

page: sida  

dictionnaire: ordbok  

 

Les parties du corps:

main: hand  

pieds: fötter  

cheveux: hår  

œil: öga  

bouche: mun  

nez: näsa  

 

Vocabulaire d'urgence pour demander de l'aide ou offrir de l'aide en cas de besoin:

ambulance: ambulans  

médecin: läkare  

hôpital: sjukhus  

pharmacie: apotek  

police: polis  

mal de ventre: ont i magen  

Général - Plaintes

Jag skulle vilja framföra ett klagomål. (Je voudrais faire une réclamation)

Vem är den ansvarige/a här? (Qui est le responsable ici ?)

Det här är fullkomligt oacceptabelt! (C'est absolument inacceptable !)

Jag vill ha mina pengar tillbaka! (J'exige un remboursement !)

Vi har väntat i över en timma.( Cela fait plus d'une heure que nous attendons)

Général - Réclamation

Den här maten smakar skit! (La nourriture est infecte !)

Den här drinken smakar piss! (Cette boisson est imbuvable !)

Det här stället är en håla! (C'est pourri ici !)

Den här bilen är ett vrak! (Cette voiture est une épave !)

Den här servicen suger! (Le service est inadmissible !)

Det här är rena rama stölden! (C'est une grosse arnaque !)

Det där är rena skitsnacket! (C'est des conneries !)

Du är en jubelidiot! (Crétin fini !)

Insulter la personne sur son intelligence

Du vet ju inte ett smack! (Vous ne savez pas de quoi de vous parlez !)

Dra åt helvete! (Allez vous faire voir !)

Vi kan göra upp om det här utanför! (On va régler ça dehors !)

Santé - Urgences

Jag måste fara till sjukhuset. (Je dois me rendre à l'hôpital.)

Jag mår illa. (Je me sens malade.)

Jag måste till en doktor med en gång! (Je dois voir un médecin immédiatement !)

Hjälp! (Au secours !)

Ring efter ambulansen! (Appelez une ambulance !)

Santé - Chez le médecin

Det gör ont här.( J'ai mal là.) Montrer où est la douleur

Det kliar här. (J'ai des rougeurs ici.) Montrer où les rougeurs

Jag har feber.( J'ai de la fièvre.)

Jag är förkyld.( J'ai un rhume.)

Jag har hosta.( Je tousse.)

Jag är trött hela tiden.( Je suis constamment fatigué)

Jag känner mig snurrig.( J'ai la tête qui tourne.)

Jag har ingen aptit.( Je n'ai pas d'appétit.)

Jag kan inte sova om nätterna.( Je ne dors pas la nuit.)

Jag blev biten av en insekt.( J'ai été mordu(e) par un insecte.)

Jag tror att det är värmen.( Je pense que c'est à cause de la chaleur.)

Jag tror att jag har ätit något olämpligt.( J'ai dû manger quelque chose d'avarié.)

Jag har ont i _[kroppsdel]_.( Mon/Ma _[partie du corps]_ me fait mal.) Montrer quelle partie du corps vous fait mal

Jag kan inte röra på _[kroppsdel]_.( Je n'arrive pas à bouger mon/ma _[partie du corps]_.) Montrer quelle partie du corps est paralysée

... huvudet ...(... tête ...)

... magen ...( ... estomac ...)

... armen ...( ... bras ...)

... benet ...( ... jambe ...)

... bröstet ...( ... poitrine ...)

... hjärtat ...( ... cœur ...)

... halsen ...( ... gorge ...)

... ögat ...( ... œil ...)

... ryggen ...( ... dos ...)

... foten ...( ... pied ...)

... handen ...( ... main ...)

... örat ...( ... oreille ...)

... tarmen ...( ... intestins ...)

... en tand ...( ... dent ...)

Jag har diabetes.( Je suis diabétique.)

Jag har astma.( Je fais de l'asthme.)

Jag har hjärtbesvär.( J'ai un problème cardiaque.)

Jag är gravid.( Je suis enceinte.)

Hur många gånger per dag ska jag ta det här?( Combien de fois par jour dois-je en prendre ?)

Demander la posologie

Är det smittsamt?( Est-ce contagieux ?)

Kan jag vistas i solen/bada/sporta/dricka alkohol?( Je peux rester au soleil/aller nager/faire du sport/boire de l'alcool ?)

Här är mina försäkringspapper.( Voici mes papiers d'assurance.)

Jag har ingen sjukförsäkring.( Je n'ai pas d'assurance maladie.)

Jag behöver ett läkarintyg.( J'ai besoin d'un certificat médical.)

Jag känner mig lite bättre.( Je me sens un peu mieux.)

Det har blivit sämre.( C'est pire.) Dire que votre état a empiré

Det är på samma sätt som innan.( Il n'y a pas de changement.) Dire que votre état est identique

Santé - Pharmacie

Jag skulle vilja köpa ___.( Je voudrais acheter du/de la ___.) Demander un produit

Huvudvärkstabletter (anti-douleurs)

Penicillin (pénicilline)

Aspirin (aspirine)

Insulin (insuline)

Salva (pommade)

Sömnpiller (somnifères)

Dambindor (serviettes hygiéniques)

Desinfektionsmedel (désinfectant)

Plåster (pansements)

Bandage (bandages)

P-piller (pilules contraceptives)

Kondomer (préservatifs)

Solskydd (crème solaire)

Santé - Allergies

Jag är allergisk mot/för ___.( Je suis allergique au/à la ___.)

Pollen (pollen)

Djurhår (poils d'animaux)

bistick/getingstick (piqûres de guêpes ou d'abeilles)

kvalster (acariens) Montrer l’insecte

mögel (moisissure)

latex (latex) Montrer le fouet

penicillin (pénicilline)

nötter/jordnötter (noix/cacahuètes)

sasamfrön/solrosfrön (graines de sésame / graines de tournesol)

ägg (œufs)

skaldjur/fisk /räkor (fruits de mer/poisson/coquillages/crevettes)

mjöl/vete (farine/blé)

mjölk/laktos/mjölkprodukter (lait/lactose/produits laitiers)

gluten (gluten)

soja (soja)

baljväxter/bönor/ärtor/majs (plantes légumineuses/pois/haricots/maïs)

svamp (champignons)

frukt/kiwi/kokosnöt (fruits/kiwis/noix de coco)

ingefära/kanel/koriander (gingembre/cannelle/coriandre)

gräslök/lök/vitlök (ciboulette/oignons/ail)

alkohol (alcool)

?

WordLens (traduction instantanée sur mobile)

Télécharger ici l'App iPhone développé par Quest Visual propose une traduction vidéo en réalité augmentée et en temps réel de tout texte, sans connexion Internet. Il s'agit plutôt d'un dictionnaire car il ne traduit pas les phrases entières. Existe en version anglais/espagnol avec d'autres langues en développement.

Un grand merci à Cheng Mengmeng, Wang Zheng, et Huang Peiying de la National University of Singapore de nous avoir aidé à trouver ce projet.

 

Date de dernière mise à jour : 27/10/2018

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • Papa NAZOU

    1 Papa NAZOU Le 04/10/2021

    ENVOÛTEMENT D'AMOUR RETOUR D'AFFECTION IMMÉDIAT DU GRAND MAÎTRE MARABOUT NAZOU - Avez vous envie d'attirer l'amour grâce à un envoûtement d'amour? - Découvrez le secret de conquérir l’être aimé rapidement? Grâce à un envoûtement d'amour c'est bien possible en moins de 3 jours Je suis le grand prêtre occulte, célèbre médium d'Afrique noire. Magnétiseur à distance. Spécialiste des travaux occultes et sentimentaux. Je résous tout ce qui vous empêche de dormir et attire ce qui vous plaît de façon magnétique. Vous avez tout essayé. l’Occasion vous est désormais donné d’expérimenter quelque chose de nouveau avec moi afin de pouvoir témoigner vous aussi des bien fait des forces et rituels occultes. J'interviens dans le domaine de l'amour : - Faire revenir à vous, un amour qui vous a quitté. - Attirer l'amour . - Rendre quelqu'un amoureux de vous. - Redonner la joie dans votre foyer Vous en avez entendu parler, c'est sûr Vous n'y croyez pas du tout, peut être. Mais sachez que par la puissance des forces occultes, des plantes et des esprits, tout est désormais possible là où tout le monde pense l'impossible. vous verrez un résultat immédiat et surprenant. Mon mail : nazou797@gmai.com
  • Léonide

    2 Léonide Le 04/10/2021

    J'écris ce témoignage au nom de Léonide, je viens vous recommander les travaux de maraboutage du grand marabout HOVE un homme sérieux qui respecte sa parole. J'étais victime d'un envoûtement par la magie rouge qui est arrivée dans ma vie à arrêter ma prospérité à un niveau. Malgré tous mes efforts possibles, je n'arrive plus à aller à une autre étape de ma vie et à un âge avancé. Alors j'ai décidé d'agir spirituellement en commençant par les exhaussistes de la religion catholique qui m'ont suivi pendant plusieurs mois sans amélioration. Dans mes recherches de commentaire se désenvoûter j'ai connu des marabouts sans satisfaction. Parfois c'est des résultats qui ne durent pas. Mais comme avec la persévérance on vient toujours à bout j'ai connu le grand maître marabout africain sérieux HOVE. Ce féticheur à briser tous les liens de malédictions jetées sur ma personne depuis mon âge de 28 ans, il m'a accompagné dans ma purification et la protection pour toute autre possibilité d'attaque de l'ennemi. Je vous conseille ce monsieur sérieux dans son travail dont le seul souci est la satisfaction de ses clients. Merci pour toute l'attention du grand maître HOVE mon actuel maître spirituel.
    Contactez le grand marabout sur le 00228 99 48 22 79 Son mail : maitrehove@gmail.com
  • Léonide

    3 Léonide Le 04/10/2021

    J'écris ce témoignage au nom de Léonide, je viens vous recommander les travaux de maraboutage du grand marabout HOVE un homme sérieux qui respecte sa parole. J'étais victime d'un envoûtement par la magie rouge qui est arrivée dans ma vie à arrêter ma prospérité à un niveau. Malgré tous mes efforts possibles, je n'arrive plus à aller à une autre étape de ma vie et à un âge avancé. Alors j'ai décidé d'agir spirituellement en commençant par les exhaussistes de la religion catholique qui m'ont suivi pendant plusieurs mois sans amélioration. Dans mes recherches de commentaire se désenvoûter j'ai connu des marabouts sans satisfaction. Parfois c'est des résultats qui ne durent pas. Mais comme avec la persévérance on vient toujours à bout j'ai connu le grand maître marabout africain sérieux HOVE. Ce féticheur à briser tous les liens de malédictions jetées sur ma personne depuis mon âge de 28 ans, il m'a accompagné dans ma purification et la protection pour toute autre possibilité d'attaque de l'ennemi. Je vous conseille ce monsieur sérieux dans son travail dont le seul souci est la satisfaction de ses clients. Merci pour toute l'attention du grand maître HOVE mon actuel maître spirituel.
    Contactez le grand marabout sur le 00228 99 48 22 79 Son mail : maitrehove@gmail.com
  • Julien

    4 Julien Le 04/10/2021

    Bonjour à tous,
    je viens très respectueusement remercier le Père spirituel MAÎTRE HOVE pour tous les travaux qu'il a effectués pour ma personne. C'est grâce à lui que j'ai retrouvé le souffle de vie, et j'ai actuellement la joie de vivre. Il m'a sauvé des mains de l'ennemi et rétabli ma situation financière qui devenait difficile chaque jour. En effet, je suis Julien, père de 3 enfants. J'ai deux femmes et tous mes problèmes ont vu le jour après la connaissance des parents de ma deuxième femme. Selon la consultation de l'oracle du puissant marabout HOVE, tout ce qui m'arrivait était les retombés d'un envoûtement qu'on a annulé et ensuite effectuer une purification pour ma personne. Aujourd'hui tout va bien, j'ai retrouvé le sourire et ceci à cause de la volonté de m'aider du grand médium féticheur HOVE. Ceci n'a pas été facile mais on est arrivé aux résultats attendus malgré les énormes complications. Je vous demande de faire confiance au grand marabout reconnu par le gouvernement du Togo. Il est simple et disponible pour nous tous. Mes sincères remerciements à vous.
    tel : +228 99 48 22 79 Mail : maitrehove@gmail.com
  • Julien

    5 Julien Le 04/10/2021

    Bonjour à tous,
    je viens très respectueusement remercier le Père spirituel MAÎTRE HOVE pour tous les travaux qu'il a effectués pour ma personne. C'est grâce à lui que j'ai retrouvé le souffle de vie, et j'ai actuellement la joie de vivre. Il m'a sauvé des mains de l'ennemi et rétabli ma situation financière qui devenait difficile chaque jour. En effet, je suis Julien, père de 3 enfants. J'ai deux femmes et tous mes problèmes ont vu le jour après la connaissance des parents de ma deuxième femme. Selon la consultation de l'oracle du puissant marabout HOVE, tout ce qui m'arrivait était les retombés d'un envoûtement qu'on a annulé et ensuite effectuer une purification pour ma personne. Aujourd'hui tout va bien, j'ai retrouvé le sourire et ceci à cause de la volonté de m'aider du grand médium féticheur HOVE. Ceci n'a pas été facile mais on est arrivé aux résultats attendus malgré les énormes complications. Je vous demande de faire confiance au grand marabout reconnu par le gouvernement du Togo. Il est simple et disponible pour nous tous. Mes sincères remerciements à vous.
    tel : +228 99 48 22 79 Mail : maitrehove@gmail.com

Ajouter un commentaire

Anti-spam
 
×